Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
  DUPONT Daniel, COLLONGE Philippe (manuscrit original présenté et commenté par) - Un rescapé de La Méduse : mémoires du capitaine Dupont, 1775 - 1850

Plus de vues

  •   DUPONT Daniel, COLLONGE Philippe (manuscrit original présenté et commenté par) - Un rescapé de La Méduse : mémoires du capitaine Dupont, 1775 - 1850

DUPONT Daniel, COLLONGE Philippe (manuscrit original présenté et commenté par)

Un rescapé de La Méduse : mémoires du capitaine Dupont, 1775 - 1850

La Découvrance - La Rochelle - 2014
ISBN: 9782842658342
(Préambulation)
179 p. - 15 x 21 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 17,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X63662 livres neuf et d'occasion, à partir de: 5 à 8 jours
9,79 €
Chez Amazon

 Capitaine de l'armée française, le capitaine Daniel Dupont embarque à bord de la frégate La Méduse afin de participer à la réorganisation de la colonie française du Sénégal. Le commandement du navire est confié à un marin de peu d'expérience : Hugues Duroy de Chaumarey. Celui-ci, malgré les avis de marins confirmés va multiplier les erreurs de navigation, et, dans la nuit du 2 au 3 juillet, échoue la frégate sur un banc de sable au large du Sénégal. La Méduse transporte plus de quatre cents hommes, mais ne dispose que de six canots de sauvetage. Après quelques tentatives infructueuses pour dégager le navire, le 5 juillet, les officiers donnent l'ordre d'évacuation. Les gradés s'installent dans les canots, mais les marins et soldats en surnombre (cent cinquante) sont entassés sur un radeau mal construit et abandonnés en pleine mer. Durant douze jours, le radeau va dériver au gré des flots. Sans nourriture ni eau potable, de l'eau jusqu'aux genoux, les passagers sont contraints à des actes ignobles. Certains iront même jusqu'à manger la chair de leurs camarades et à boire leur urine. Le 7, je repris connaissance et en ouvrant les yeux j'aperçus un matelot qui me coupait le pied. Je n'avais pas la force de le retirer, cependant je lui demandais ce qu'il faisait... Je m'aperçus que le malheureux avait perdu la tête. (Extrait des carnets du capitaine Dupont). Les officiers présents tentèrent d'empêcher le massacre, en vain. Quinze hommes sur un radeau... c'est ce que découvre, dans la matinée du 17 juillet 1816, le brick L'Argus, au large des côtes de la Mauritanie. Parmi eux, Daniel Dupont, un capitaine d'infanterie sorti du rang ; il est à la fois le plus élevé en grade et en âge des survivants du radeau de La Méduse... Plusieurs rescapés publieront le récit de ce drame au retentissement considérable. Daniel Dupont se contentera, à la fin de sa vie, de rédiger ses Mémoires à l'intention de sa famille. S'il ne dit peut-être pas tout, par pudeur sans doute, tout ce qu'il dit porte l'accent de la sincérité

Philippe Collonge, passionné d’histoire, a retrouvé les manuscrits originaux détenus par les descendants du capitaine Dupont (né à Pierres et décédé à Maintenon, Eure-et-Loir). Ils retracent vingt-cinq années d’une carrière militaire originale qui, de la Révolution à la Restauration, passe par la Vendée, les Antilles, l’Angleterre et le Sénégal. Ces Mémoires, soigneusement étudiés et documentés, apportent à un large public le témoignage authentique d’un héros involontaire et modeste.