Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 FROST Peter - Femmes claires, hommes foncés

Plus de vues

  •  FROST Peter - Femmes claires, hommes foncés

FROST Peter

Femmes claires, hommes foncés. Les racines oubliées du colorisme

Presses de l'Université de Laval (PUL) - Québec - 2011
ISBN: 9782763790336
202 p., préface de Pierre Louis Van den Berghe - 15 x 23 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X46718 livres d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
18,00 €
Chez Amazon

 Lequel est arrivé en premier: l’esclavage des Noirs ou les préjugés visant la couleur de la peau ? Ces derniers seraient-ils un legs du premier ? Ou bien est-ce l’inverse ? Le «colorisme» existant déjà, aurait-il déshumanisé l’esclavage à mesure que la peau noire marquait la population asservie?

Ainsi commence une enquête qui vous mènera à travers le temps et l’espace dans des lieux familiers et pas si familiers. Il en ressort que la couleur de la peau, avant de devenir une marque de race et d’esclavage, possédait un autre sens identitaire… d’ordre sexuel. En premier lieu, la femme est pâle par ­rapport à l’homme qui, lui, est plutôt brun-rouge en raison d’une présence accrue de mélanine et de sang dans les tissus cutanés. En deuxième lieu, le visage féminin affiche un plus grand contraste lumineux, c’est-à-dire la luminosité du teint relativement à celle des lèvres et des yeux. Ces différences sexuelles se perdent aujourd’hui dans un monde de plus en plus multiethnique, bien qu’on parle toujours du fair sex et de l’homme «grand, foncé et beau». Autrefois, cela se voyait, se pensait, se vivait.
 
Puis, avec l’expansion du monde européen des cinq derniers siècles, ainsi que la montée de l’esclavage des Noirs, ce colorisme a été réorienté vers de nouveaux rôles et de nouvelles fins…

 Lequel est arrivé en premier: l’esclavage des Noirs ou les préjugés visant la couleur de la peau ? Ces derniers seraient-ils un legs du premier ? Ou bien est-ce l’inverse ? Le «colorisme» existant déjà, aurait-il déshumanisé l’esclavage à mesure que la peau noire marquait la population asservie?

Peter Frost détient un doctorat en anthropologie de l'Université Laval. Il a publié plusieurs articles portant sur l'évolution de la pigmentation humaine. Il assure des services linguistiques pour, parmi d'autres, la revue "Etudes Inuit" et le Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones (CIERA).