Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 RABEARIVELO Jean-Joseph - Chants d'Iarives, précédé de Snoboland. Poèmes

Plus de vues

  •  RABEARIVELO Jean-Joseph - Chants d'Iarives, précédé de Snoboland. Poèmes

RABEARIVELO Jean-Joseph

Chants d'Iarives, précédé de Snoboland. Poèmes

Passage(s) - Caen - 2015
ISBN: 9782953227277
(Chroniques francophones)
220 p., avant-propos et lecture de Serge Meitinger - 19 x 12,5 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 16,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X67793 livre neuf, broché 5 à 8 jours
16,00 €
Chez Priceminister

 Le présent recueil est un projet qui tint fortement à coeur à Jean-Joseph Rabearivelo mais qu'il ne put réaliser de son vivant. Donnant à lire ici l'essentiel de sa première manière poétique, comme il l'avait préparé pour l'édition en 1929, ce volume fait apparaître une étape cruciale de son parcours. Reformulation d'ensemble, entrée d'inédits, et non pure et simple reprise des livres parus, Chants d'Iarive, précédé de Snoboland, permet de mieux comprendre la francophonie paradoxale qui devint pleinement celle de Rabearivelo quand il écrivit les deux versions jumelles, française et malgache, malgache et française, de Presque-Songes et de Traduit de la Nuit.

- Serge Meitinger est agrégé, docteur d'Etat, professeur de langue et de littérature françaises, modernes et contemporaines à l'Université de La Réunion.

- Jean-Joseph Rabearivelo (1901-1937) né Joseph-Casimir Rabe, est le premier écrivain malgache d'expression française et, sans conteste, malgré sa flgurante carrière, l'un des auteurs majeurs du monde francophone. Très courte scolarisation puis démarche individuelle de formation, en particulier à travers les nombreux petits boulots procurés par la société coloniale. Etonnantes capacités intellectuelles qui marqueront ceux qui ont l'occasion de le croiser. Nombreuses publications dans des journaux locaux (souvent sous des noms d'emprunt) et par l'imprimerie de l'Imerina où il occupe un poste quasi bénévole de correcteur. Puis première publication à l'extérieur en 1935 (à Tunis : Traduit de la nuit) Endetté, addicte au jeu, drogué et ne pouvant intégrer l'administration il met fin à ses jours le 22 juin 1937. La majeure partie de son œuvre reste à sa mort non publiée et ne sera exploitée que bien plus tard.