Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
Recettes des dieux. Esthétique du fétiche.  Exposition - Musée du Quai Branly, Paris - 3 février - 10 mai 2009

Plus de vues

  • Recettes des dieux. Esthétique du fétiche.  Exposition - Musée du Quai Branly, Paris - 3 février - 10 mai 2009

JACOMIJN SNOEP Nanette, COLLEYN Jean-Paul, AMOURO Camille, MÜLLER Bernard et Alia

Recettes des dieux. Esthétique du fétiche. Exposition - Musée du Quai Branly, Paris - 3 février - 10 mai 2009

Actes Sud - Musée du quai Branly - Arles - Paris - 2009
ISBN: 9782742781867
61 p., ill.coul. - 26 x 20 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X42244 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
49,90 €
Chez Amazon

L’exposition invite à découvrir une catégorie d’objets africains mal connue du public européen: les objets « informes ». Il s’agit d’objets de divination, souvent appelés « fétiches », dans lesquels la forme humaine est dissimulée, ou ne se reconnaît pas. Les métamorphoses, les ajouts, les couches successives dessinent sur ces objets une mémoire, une empreinte que seul le devin sait déchiffrer. Enchevêtrements de cordes, petits tas innommables, accumulations d'éléments hétéroclites qui subliment toute représentation figurative, tels sont les objets de divination africains présentés dans cet ouvrage. Ces figures de l'informe, faites de matériaux souvent périssables et incontrôlables, peuvent être perçues parfois comme repoussantes et étranges. Elles évoquent une esthétique de l'effroi que suscite le chaos, la crainte associée au désordre du monde. Ce catalogue invite à les regarder autrement, car, bien plus familières qu'on ne le suppose au premier abord, elles ne parlent pas. d'autre chose que de la vie et des innombrables fils de l'existence, qui ne cessent de se nouer et de se défaire, Il ne sera donc pas question de rendre un quelconque l'hommage à une Afrique mystérieuse et fétichiste, mais d'honorer la créativité humaine et la variété des formes qu'elle sait emprunter et qui nous étonnent toujours et encore.