Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 THOMAS Louis-Vincent, FOUGEYROLLAS Pierre - L'art africain et la société sénégalaise

Plus de vues

  •  THOMAS Louis-Vincent, FOUGEYROLLAS Pierre - L'art africain et la société sénégalaise

THOMAS Louis-Vincent, FOUGEYROLLAS Pierre

L'art africain et la société sénégalaise

Université de Dakar - Faculté des lettres et sciences humaines - Dakar - 1967
(Philosophie et sciences sociales ; 02)
110 p., VI pl.phot.ht. - 25 x 16,5 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X48168 livre d'occasion, broché 5 à 8 jours
42,40 €
Chez Abebooks

 

 Les résultats d'une enquête réalisée dans le but de fournir des éléments de discussions objectifs au colloque Fonction et signification de l'art traditionnel dans la vie des peuples d'Afrique organisé dans le cadre du premier festival des Arts nègres à Dakar. 388 personnes ont été interrogées sur la base d'un  questionnaire préétabli. Il s'agissait alors de tenter de dégager l'art africain de la signification "exogène" qui lui avait été plaquée du fait de l'intérêt manifesté par les artistes occidentaux au début du Xxe siècle

- Louis-Vincent Thomas (1922-1994) a été professeur à la faculté des lettres et sciences humaines à l’Université de Dakar de 1958 à 1968 et professeur de sociologie et d’anthropologie à la Sorbonne jusqu’à sa retraite en 1988. Membre fondateur puis président de la Société française de thanatologie, il s’est imposé comme la référence incontestée de l’anthropologie de la mort. Il laisse en effet une oeuvre considérable sur les rites et cultes mortuaires, les attitudes face au cadavre, les conduites de deuil, les rapports avec la mort et les morts, les imaginaires thanatiques, les mythes et les fantasmes eschatologiques.

- Pierre Fougeyrollas (1922-2008) est un universitaire français, sociologue et anthropologue. Il enseignera près de 10 ans à l'Université de Dakar juste après l'Indépendance où il devient un proche du président Senghor. Il s'en écarte du fait de ses positions radicales lors du conflit avec Mamadou Dia en 1968. De retour en France en 1970, il sera professeur de sociologie à Paris VII.