Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 CAMERON Elisabeth L. (sous la direction de) - Secrets d'ivoire. L'art des Lega d'Afrique centrale

Plus de vues

  •  CAMERON Elisabeth L. (sous la direction de) - Secrets d'ivoire. L'art des Lega d'Afrique centrale

CAMERON Elisabeth L. (sous la direction de)

Secrets d'ivoire. L'art des Lega d'Afrique centrale

Actes Sud - Musée du Quai Branly - Arles - Paris - 2013
ISBN: 9782330018948
(Hors collection)
208 p., 200 ill., préface de Stéphane Martin - 19,60 x 25,40 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 35,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X60765 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
24,00 €
Chez Amazon

 Cet ouvrage et l’exposition dont il est issu présentent une exceptionnelle collection d’art lega, conçue à partir du fonds du physicien Jay Last conservé au Fowler Museum de UCLA. L’art joue un rôle fondamental pour les Lega de la République démocratique du Congo, en tant que symbole de réussite, outil d’apprentissage et de commémoration des morts. Ces œuvres raffinées et élégantes, qui font partie intégrante de la confrérie du Bwami, sont utilisées pour enseigner des leçons de morale et d’éthique. Au même titre que le langage et les spectacles, elles deviennent des phrases visuelles : les idées qu’elles véhiculent expriment les valeurs de la société lega et ses idéaux.

Afin de souligner la diversité et la maîtrise des artistes lega, ce catalogue offre une grande variété d’objets dans une large gamme de styles, présentés comme des œuvres d’art et non dans leur contexte originel : chapeaux en coquille de moules, colliers en dents de léopard, cuillères d’ivoire, ceintures de cauris, masques et personnages sculptés en bois ou ivoire. Le texte est émaillé de proverbes qui accompagnent l’iconographie pour montrer la puissance du lien entre visuel et verbal dans l’art lega : mots et objets prennent sens au travers d’un langage symbolique. En effet, comme chez de nombreux peuples africains, les Lega associent beauté et vertu morale, ce qui permet au Bwami d’enseigner les valeurs morales, sociales et politiques au travers d’œuvre d’art exceptionnelles. Au sein de la confrérie, la sagesse est conférée aux initiés au moyen d’un assemblage d’objets trouvés et d’artefacts en bois et en ivoire sculptés avec une grande élégance. Les proverbes sont choisis en fonction de l’utilisation des sculptures au sein du rituel et de l’expérience des participants. Au fur et à mesure qu’un apprenti lega progresse, il reçoit de moins en moins d’explications orales et acquiert une compréhension des sculptures plus profonde, moins littérale.
Cheminement d’une vie entière, le Bwami apprend aux membres de la société lega que beauté et valeur morale sont synonymes et que la connaissance est une force ; c’est le message que cet ouvrage tente de développer, à travers une découverte du peuple lega. (notice Actes Sud - Musée du Quai Branly)

 Catalogue de l'exposition présentée au Musée du Quai Branly du 13 novembre 2013 au 26 janvier 2014.

Les Balega, peuple forestier bantou, sont principalement installés en RD Congo, dans les provinces du Kivu (sud et nord), du Maniema et en province orientale (Ubundu); ils seraient au total environ 2 millions. Leur langue est le kilega.

Elisabeth L. Cameron est maître de conférences en Histoire de l'Art et Culture Visuelle à l'Université de Californie à Santa Cruz. Ses recherches sont orientées en particulier sur la République Démocratique du Congo et la Zambie, où elle a fait des études sur la culture visuelle des femmes, dont les rites d’initiation, l’art, le pouvoir et la hiérarchie, l’architecture coloniale et missionnaire.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter