Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 L'Année du Maghreb n° 11 - 2014-II, BAVA Sophie (coordinatrice) - Dossier: Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses. Quels enjeux sociaux ?

Plus de vues

  •  L'Année du Maghreb n° 11 - 2014-II, BAVA Sophie (coordinatrice) - Dossier: Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses. Quels enjeux sociaux ?

L'Année du Maghreb n° 11 - 2014-II, BAVA Sophie (coordinatrice)

Dossier: Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses. Quels enjeux sociaux ?

CNRS Editions - Paris - 2015
ISBN: 9782271083272
( L'Année du Maghreb n° 11 - 2014-II)
346 p. - 15,5 x 24 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 39,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X68451 Ouvrage numérisé, en accès libre disponible sans délais
0,00 €
Chez Journals.openedition.org
X68452 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
12,88 €
Chez Amazon

 Quelles articulations observe-t-on entre les parcours migratoires d’individus, les pratiques et les institutions religieuses qui jalonnent ces itinéraires ? Comment les pratiques religieuses des migrants africains se réajustent-elles en situation de migration dans le nord de l’Afrique, et comment les instances confessionnelles s’organisent-elles pour les accompagner ?

 
Ce dossier de L’Année du Maghreb tente de répondre à ces questions. Il est conçu à partir de travaux de terrain allant du Sénégal au Liban en passant par le Maroc, la Tunisie, l’Égypte, le Soudan, et le Burkina Faso. Réalisés par des chercheurs de diverses disciplines, ils montrent que ces changements ne se situent pas seulement au niveau de la pratique religieuse, mais aussi – et c’est l’angle original des articles présentés – qu’ils participent à la redéfinition de certaines institutions, des représentations de soi et du monde environnant. Des étudiants africains d’Al-Azhar aux migrants chrétiens accueillis par l’Église évangélique au Maroc, les analyses témoignent que la religion représente souvent une ressource lors de la migration ; mais aussi que la migration africaine questionne les institutions religieuses à travers l’ensemble de l’Afrique méditerranéenne. Les migrants africains, chrétiens ou musulmans, étudiants, aventuriers, travailleurs, pèlerins ou commerçants sont aujourd’hui les nouvelles figures d’altérité avec lesquelles les sociétés au nord du continent doivent composer. Cette présence migratoire, inédite par son ampleur, invite des sociétés qui se sont construites sur un discours nationaliste valorisant l’homogénéité à prendre acte d’un possible pluralisme religieux.
 
Second volume de l’année 2014, le numéro 11 de L’Année du Maghreb intègre aussi les chroniques politiques détaillées de l’année 2013 dans les cinq États composant le Grand Maghreb. Parmi les premières tentatives d’écrire l’histoire en train de se faire, ces chroniques constituent un outil indispensable à la compréhension des enjeux d’une actualité brûlante.
Sophie Bava, socio-anthropologue, est chargée de recherche à l'IRD (LPED/AMU) et membre du comité de direction du LMI Movida. Ses recherches portent sur les migrations africaines et les dynamiques religieuses qui leur sont associées entre l'Afrique de l'Ouest et la Méditerranée. Elle propose une anthropologie religieuse du mouvement qui s'attache tout autant aux parcours des croyants, aux histoires des institutions religieuses, qu'aux figures et objets de la mobilité religieuse, en interrogeant également la place du religieux dans les sociétés traversées.