Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BISILLIAT Jeanne (sous la direction de) - Regards de femmes sur la globalisation. Approches critiques

Plus de vues

  •  BISILLIAT Jeanne (sous la direction de) - Regards de femmes sur la globalisation. Approches critiques

BISILLIAT Jeanne (sous la direction de)

Regards de femmes sur la globalisation. Approches critiques

Karthala - Paris - 2003
ISBN: 9782845863835
(Tropiques)
316 p. - 21,5 x 13,5 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 25,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X61655 livre neuf, broché 5 à 8 jours
25,00 €
Chez Amazon
L'originalité de cet ouvrage est d'offrir au public francophone une pensée féministe critique des institutions internationales et de la dangereuse récuperation des pauvres et des femmes à laquelle elles se livrent. Quels que soient leur faiblesse et leur dénuement, tous devraient devenir des consommateurs et tous les moyens, parés de l'infinie bonne conscience du capitalisme, sont bons pour arriver à ce résultat convoité. Dégradante convoitise qui se cache, trop souvent avec l'aide des Nations-Unies, sous le vocable de l'aide au "développement".
 
C'est là un des redoutables aspects de la mondialisation; il réside dans un paradoxe tout aussi redoutable: la prolifération d'un discours multiforme mais univoque, diffusé sans répit selon de multiples modalités de communication, ce qui efface son sens et le lisse jusqu'à le rendre translucide. Autosatisfaction sémantique; mithridatisation par la monotonie. D'autres contributions montrent en contrepoint l'inscription factuelle des dénonciations générales. Les exemples fournis auraient pu être plus nombreux mais il nous a semblé suffisant de marquer quelques liens parmi d'autres.
 

La pensée féministe véhiculée par les Institutions internationales (Banque Mondiale, Nations Unies, FMI) et la dangereuse récupération des pauvres et des femmes à laquelle elles se livrent.

Sommaire:

UNE ANALYSE DES COHERENCES
- Hélène Hirata / Pour qui sonnent les glas ?, Mondialisation et division sexuelle du travail,
- Robert Biel / Le capitalisme a besoin des femmes,
- Francine Mestrum / De l'utilité des femmes pauvres dans le nouvel ordre mondial,
- Jules Falquet / Femmes, féminisme et "développement " : une analyse critique des politiques des institutions internationales,
- Margaret Pisano / Comment faire des évaluations féministes ?
- Mercedes Canas / Le mouvement féministe et les institutions internationales,
- Jeanne Bisilliat / Le genre : une nécessité historique face à des contextes aporétique.

QUELQUES EXEMPLES PARMI D'AUTRES
- Isabel Yepez del Castillo / L'emploi des femmes en Amérique latine : un bilan contrasté,
- Naila Kabeer / Les effets de la mondialisation sur les femmes : un exemple au Bangladesh, Adaptation du chapitre 1 de " Power to choose ",
- Elisabeth Hofmann, Kamala Marius Gnanou / Le microcrédit pour les femmes pauvres, Solution miracle ou cheval de Troie de la mondialisation ?, Etat du débat,
- Meredith Turshen, Ousseina Alidou / Les femmes à la suite des guerres civiles en Afrique,
- Jeremy Seabrook / La situation des enfants-ouvriers aux yeux de l'Occident : un débat sur des sables mouvants,
- Magalie Saussey / " Sii tulu be jon nafa : musow wali cew ? ", Lorsque la mondialisation dépossède les femmes de l'activité du beurre de karité au Burkina Faso.
- Anthropologue et docteur en sociologie, Jeanne BISILLIAT a mené pendant quinze années des études sur les rapports de genre en Afrique subsaharienne. Chargée de recherche à l'IRD depuis 1983, elle a travaillé au Brésil sur les relations de genre dans les mouvements populaires urbains. Elle a donné des cours sur cette thématique à l'Université Paris 1. Auteure de nombreux articles, elle a dirigé plusieurs ouvrages collectifs sur les femmes partenaires du développement dont Femmes au Sud, chef de famille, 1996, aux Editions Karthala. Jeanne BISILLIAT est également la fondatrice de l'AFED (association des femmes en développement).