Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
CANOT Théodore - Confessions d'un négrier. Les aventures du capitaine poudre-à-canon, trafiquant en or et en esclaves. 1820-1840

Plus de vues

  • CANOT Théodore - Confessions d'un négrier. Les aventures du capitaine poudre-à-canon, trafiquant en or et en esclaves. 1820-1840

CANOT Théodore

Confessions d'un négrier. Les aventures du capitaine poudre-à-canon, trafiquant en or et en esclaves. 1820-1840

Phébus - Paris - 1989
ISBN: 9782369140672
(Libretto ; 273)
273 p., texte français par Marthe Nouguier, préface de Michel Le Bris, Introduction par Malcolm Cowley - 12 x 19 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 9,70 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X62953 livre neuf, broché 5 à 8 jours
9,70 €
Chez Amazon

Ces Confessions, mémoires confiées à un journaliste américain, Brantz Mayer, et publiées à New York au milieu du XIXe siècle, furent longtemps considérées comme un classique de la littérature d’aventures : naufrages, beuveries, batailles rangées entre trafiquants... rien ne manque aux amateurs.

Mais aujourd’hui, tout le prix de ce récit exceptionnel réside également dans le tableau exhaustif de la traite négrière après les guerres napoléoniennes. On y trouve données économiques de base, description de la logistique des diverses branches de ce commerce, ainsi que le raisonnement intellectuel permettant de justifier ce « négoce », et qui constituera l’un des fondements de l’histoire du racisme.

 

Les aventures véridiques de Théodore Canot qui, né à Florence des suites du passage des armés de Napoléon, naviguera sur toutes les mers du monde et se livrera entre autres à la traite des noirs avant 1840, et peut-être plus discrètement après aussi. Ses mémoires furent rédigées en américain.

Né en 1804 à Florence d'une mère Italienne et d'un père Français, Théodore Canot navigua presque toute sa vie sous les pavillons du monde entier, devenant l'un des négriers les plus connus du XIXe siècle. Ses mémoires lui assurèrent la notoriété, et il finit sa vie en France en 1860 après avoir été administrateur colonial en Nouvelle-Calédonie.