Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 HECHT Gabrielle - Uranium africain, une histoire globale

Plus de vues

  •  HECHT Gabrielle - Uranium africain, une histoire globale

HECHT Gabrielle

Uranium africain, une histoire globale

Seuil - Paris - 2016
ISBN: 9782021166002
(L'Univers historique)
404 p. - 24 x 15,4 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 23,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X64250 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
12,99 €
Chez Amazon

 L'uranium de la bombe lancée sur Hiroshima provenait d'Afrique. A l'âge de l'équilibre de la terreur, tout au long de la guerre froide, Congo, Gabon, Madagascar, Niger, Afrique du Sud et Namibie ont fourni chaque année entre 20 et 50 % de l'uranium importé en Occident. Gabrielle Hecht présente une vision très novatrice de l'histoire du nucléaire en plaçant le point d'observation dans les mines d'uranium d'Afrique. Cette histoire est géopolitique, coloniale et postcoloniale, sociale, environnementale et sanitaire. Elle varie les échelles - locale, nationale ou régionale et mondiale - pour dévoiler tous les enjeux de l'exploitation du minerai d'uranium en Afrique. Elle révèle que la qualification de " nucléaire " appliquée ou non à une matière, un commerce, un Etat est une construction variable selon les rapports de force, les moments, les lieux et les controverses technopolitiques et qu'elle ne peut se réduire à des questions de radioactivité et de fission. En 2003, l'uranium nigérien supposé avoir été livré à Saddam Hussein était suffisamment nucléaire pour justifier une guerre contre l'Irak. Mais les mines d'uranium proprement dites n'ont jusqu'aux années 1990 pas été définies comme " installations nucléaires ". Cette exclusion a facilité le commerce de l'uranium en exemptant les acteurs des procédures de contrôle élaborées par l'Agence internationale de l'énergie atomique. Elle a aussi des conséquences sanitaires et environnementales dévastatrices que dévoile la seconde partie de l'ouvrage. L'enquête est nourrie d'archives inédites (publiques et privées) et de près de 140 interviews avec des acteurs locaux au Gabon, à Madagascar, en Afrique du Sud et en Namibie, ainsi que sur des archives françaises, britanniques, et américaines, qui révèlent des réalités restées couvertes par le secret.

Gabrielle Hecht, professeure d'histoire à l'université de Michigan, a notamment publié en 2004 Le Rayonnement de la France. Energie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale (1998, MIT Press).