Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BLANCKAERT Claude (coordonné par) - La vénus hottentote. Entre Barnum et Muséum

Plus de vues

  •  BLANCKAERT Claude (coordonné par) - La vénus hottentote. Entre Barnum et Muséum

BLANCKAERT Claude (coordonné par)

La vénus hottentote. Entre Barnum et Muséum

Muséum national d'Histoire naturelle - Paris - 2013
ISBN: 9782856537015
(Archives ; 17)
478 p., 160 fig., 3 grandes figures - 17 x 24 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 35,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X60198 livre neuf, broché 5 à 8 jours
35,00 €
Chez Abebooks

 Originaire du cap de Bonne-Espérance, la Vénus hottentote, de son vrai nom Sarah Baartman, fut présentée au public comme «le plus merveilleux phénomène de la nature» dès son arrivée à Londres en 1810. Affublée d’un fessier hors de proportion (stéatopygie), elle fut ainsi chosifiée comme «monstre» de son vivant. À partir de septembre 1814, elle défraya la chronique parisienne avant de mourir dans les derniers jours de l’année suivante. Son corps, entièrement moulé puis disséqué au Jardin des plantes, allait un temps rejoindre les collections d’anatomie comparée du Muséum national d’Histoire naturelle. Prise pour type de race «sauvage», la Vénus hottentote n’en perdit pas tout prestige. Ses représentations s’avérant toujours contemporaines de ses usages scientifiques et sociaux, elle parut indistinctement un sujet d’enquête toujours révisable au crible des connaissances et la victime idéale, sollicitée, d’un exorcisme de masse. Au centenaire de sa mort, elle restait une célébrité. Dans le périmètre du Muséum, elle passa des galeries d’anatomie à celles d’anthropologie avant que son moulage, devenu sculpture ethnographique, en vint à exemplifier dans les vitrines du Musée de l’Homme la survivance des «Vénus» stéatopyges de la lointaine préhistoire.

Les différents chapitres de ce livre offrent des clés de lecture des imaginaires collectifs, tant savants que populaires, sans nier les zones d’ombre qui entourent la biographie de Sarah Baartman. Ils mettent en évidence les «métamorphoses» complexes de la Vénus hottentote au fil de ses appropriations naturalistes, morales et juridiques, depuis les premiers témoignages des professeurs du Muséum qui l’examinèrent en mars 1815 (Georges Cuvier, Henri de Blainville) jusqu’aux débats du Sénat qui préludèrent à la restitution puis à la cérémonie nationale d’inhumation de ses restes, en août 2002, en présence du président d’Afrique du Sud Thabo Mbeki.
Sommaire:
- Claude Blanckaert / Introduction : Figurée, défigurée les carrières de Sarah Baartman.

I - Corps / objet : monstration & démonstrations
- Pascal Blanchard / De la Vénus hottentote aux formes abouties de l'exibition ethnographique et coloniale. Les étapes d'un long processus (1810-1940),
- Christelle Patin / Les vies post-mortem de Saartjie Baartman. Muséologie et économies morales.

II - L'éloquence du forum
- Philippe Taquet / Les corps de Sarah Baartman et de Georges Cuvier sous le regard de la science du XIXe siècle,
- Claude Blanckaert / Voyages naturalistes en Hottentotie au XIXe siècle,
- Arnaud Hurel / des Bushmen en Europe ? Vénus paléolithiques et "négroïdes" de Grimaldi dans la construction de la préhistoire française.

III - Du patrimoine au politique
- Michel Van-Praët / Saartjie Baartman, une restitution témoin d'un contexte muséal en évolution,
- Christelle Patin / Les huit éléments du corps de Saartjie Baartman entre perspectives et interrogations.

- Claude Blanckaert / Conclusion : Regards hors champ et ombres portées.
Claude Blanckaert est directeur de recherche au CNRS, docteur en histoire et philosophie des sciences, responsable du séminaire "Histoire des sciences de l'homme et de la société" au Centre Alexandre Koyré.