Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
Paroles pour un continent: la vie et l'oeuvre de Ibrahima Ly

Plus de vues

  • Paroles pour un continent: la vie et l'oeuvre de Ibrahima Ly

Collectif

Paroles pour un continent: la vie et l'oeuvre de Ibrahima Ly

L'Harmattan - Paris - 1990
ISBN: 9782738406644
245 p., avant-propos de Joseph Ki-Zerbo - 22 x 14 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 19,10 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X40715 livre neuf, broché 5 à 8 jours
19,10 €
Chez Amazon

 " Ce n'est pas seulement par la mémoire que nous voulons rappeler un être cher. C'est aussi par la réflexion sur l'énergie spirituelle qui jaillit de son itinéraire, par l'espérance émanant de sa lutte exemplaire (...). Il ne s'agit pas de réciter la vie d'Ibrahima Ly, mais de la faire reverdir. Ibrahima Ly est du petit nombre des meilleurs (...). Il faudra bien un jour, sans céder au culte de la personnalité, établir ce panthéon africain, non pas des hommes et des femmes qui auraient surclassé le commun des mortels, mais plutôt un panthéon des vertus qui les ont illustrés et qu'ils ont illustrées. Ces vertus-là méritent d'être gravées dans le granit, dans le marbre et dans le bronze africains, avec les noms de ceux qui les ont exaltées : cela servirait, non comme une référence mais comme un témoignage incontesté, et comme un flambeau. "

Biographie d'un ancien président de la FEANF, pensionnaire des prisons du régime militaire malien et auteur d'un superbe et terrible ouvrage sur les prisons: Toiles d'araignée

Ibrahima Ly (1936-1989) est un homme politique et grand écrivain malien. Né à Kayes, études à Bamako, puis Dakar et ensuite DEA de mathématiques à la Sorbonne à Paris et plus tard PhD à Leningrad. Militant indépendantiste et communiste il sera président de la FEANF (Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France) au début des années 60.
Rentré au Mali il enseignera à l'Ecole Normale Supérieure. Ses engagements politiques et sa position contre la dictature le conduisent en prison de 1974 à 1978. Il s'exilera ensuite au Sénégal et décédera en 1989 sans avoir connu l'avènement de la démocratie au Mali. Son fils, Oumar Tatam Ly, est depuis septembre 2013 premier ministre du Mali sous la présidence d'IBK.