Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BLIXEN Karen - Essais

Plus de vues

  •  BLIXEN Karen - Essais

BLIXEN Karen

Essais

Editions des femmes - Paris - 1987
ISBN: 9782721003126
362 p. - 21 x 13 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 15,25 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X43861 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
2,98 €
Ajouter les articles au panier

 C'est l'immense succès du film Out of Africa, tiré de son roman La ferme africaine, qui a fait connaître du grand public Karen Blixen. Son œuvre de nouvelles était déjà connue et appréciée d'un cercle de fidèles fervents. Il restait à découvrir ses Essais, qu'elle écrivit de 1923 à 1959.

Voici donc, traduits en français pour la première fois, ces textes où elle examine bien des sujets, avec la hauteur qui la définit. Elle unit, à la rigueur de l'analyse, l'élan narratif hérité de la tradition des contes. Qu'elle parle de son amour pour Shakespeare ou du mariage à la mode, de l'Islam ou de la sympathie pour le continent africain, qu'elle établisse — avant tout le monde — des analogies entre le statut des femmes et celui des Noirs, qu'elle évoque Berlin en proie au nazisme, Londres l'été avant la tourmente, ou ses ruines après la guerre, ou encore, qu'elle s'amuse à définir, pour l'un et l'autre sexe, les mérites comparés de la robe et du pantalon, elle se révèle l'un des esprits les plus libres et les plus réellement subversifs de son époque.

Contient "blancs et noirs en Afrique", texte d'une conférence faite à Stockholm en 1938 et publiée pour la première fois dans Blixeniana en 1977 (40 pages). Traduit du danois par Régis Boyer

Descendante d'une famille patricienne du Danemark, la baronne Karen von Blixen-Finecke est née en 1885 près de Copenhague. Elle part en 1914 pour le Kenya afin d'y diriger avec son mari la plantation du café qui lui inspirera son œuvre célèbre, La ferme africaine et y demeure, dix ans après son divorce, jusqu'en 1931. Elle se retire ensuite dans la demeure familiale de Rungstedlund, où elle se consacre à son œuvre jusqu'à sa mort en 1962.