Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 HEAD Bessie - Marou

Plus de vues

  •  HEAD Bessie - Marou

HEAD Bessie

Marou

Zoé - Carouge (Suisse) - 1996
ISBN: 9782881822568
(Littératures d'émergence)
144 p., traduit de l'anglais par Christian Surber, titre original Maru (1971) - 21 x 14 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X43705 livres d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
2,30 €
Chez Amazon
X71195 livres d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
3,30 €
Chez Priceminister

 Même si elle porte le nom de la femme blanche qui l’a élevée, Margaret Cadmore est une Masarwa. Au Botswana, les membres de cette tribu sont des moins qu’humains. Dans le village où elle entre en poste comme institutrice, Margaret se trouve ainsi en butte aux haines et aux cabales. Mais elle rencontre aussi l’amitié et la protection de Dikeledi, une jeune femme noble ; elle vit pour Moleka un amour muet et elle éveille chez Marou, le futur chef du village, des sentiments tels qu’il fera fi de la tradition et de ses interdits.

 
Construit autour de quatre personnages, ce roman shakespearien, où les questions de pouvoir et de racisme le disputent aux sentiments amoureux violents, ouvre une porte sur un monde nouveau dans lequel les souffrances de l’exclusion pourraient prendre fin.

Margaret Cadmore, la nouvelle institutrice qui arrive dans cette petite école du Botswana est une Marsawa, tribu dont les membres sont depuis des temps immémoriaux des esclaves. Les vexations, haines et rejets seront quotidiens; cependant elle gagnera l'estime et la protection d'une jeune femme noble. Et le chef du village, lui-même, passera outre les interdits pour se rapprocher de Margaret

Bessie Head est née métisse d'un couple illégitime à Pietermaritzburg (Afrique du Sud) en 1937. Elle s'exile d'Afrique du Sud en 1964 pour s'installer au Bechuanaland (Botswana actuel) où elle meurt en 1986.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala