Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
KAYOYA Michel (Abbé) - Sur les traces de mon père - Jeunesse du Burundi à la découverte des valeurs

Plus de vues

  • KAYOYA Michel (Abbé) - Sur les traces de mon père - Jeunesse du Burundi à la découverte des valeurs

KAYOYA Michel (Abbé)

Sur les traces de mon père - Jeunesse du Burundi à la découverte des valeurs

Éditions Des Presses Lavigerie - Bujumbura - 1970
144 p., couverture illustrée avec rabats - 21 x 13,5 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X63094 livre d'occasion, broché 5 à 8 jours
30,00 €
Chez Priceminister

 

 Célébration des valeurs ancestrales du Burundi et de l'harmonie des temps anciens.

 
L'Abbé Michel Kayoya n'a écrit que deux livres (celui-ci  et un deuxième édité en 1971: Entre deux mondes - Sur la route du développement) qui, tous deux, rendent hommage aux valeurs ancestrales du Burundi et appellent les burundais à retrouver celles-ci afin de contrecarrer les effets négatifs de la rencontre avec l'Occident et de l'adoption sans discernement de ses valeurs culturelles. Notons que l'Abbé Kayoya, dans sa pratique professionnelle comme dans ses écrits attacha une très grande importance à la fierté et à l'émancipation de la femme burundaise (dans le respect des valeurs traditionnelles).
Michel Kayoya est un hutu né en 1934 au Burundi, à Kibumbu (commune actuelle de Kayokwe). Il fera ses études au petit séminaire de Mugera puis au grand séminaire de Burasira avant de rejoindre le Scholasticat de la SMA (Pères Blancs) à Heverlee en Belgique. Il abandonnera son projet de devenir Missionnaire d'Afrique et sera ordonné prêtre à Kibumbu en 1963. Il est en 1967 recteur du petit séminaire de Mugera puis en 1970 Econome général du Diocèse de Muyinga. Sa réussite lui vaut quelques inimitiés…Il sera emprisonné à Gitega au tout début du génocide de 1972 avec d'autres hutus. Il est fusillé puis jeté dans une fosse commune en mai 1972 sur les bords de la Ruvubu.