Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BOYLE T. Coraghessan - Water music

Plus de vues

  •  BOYLE T. Coraghessan - Water music

BOYLE T. Coraghessan

Water music

Phébus - Paris - 1998
ISBN: 9782859405311
(Libretto ; 08)
736 p. - 18 x 12 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 15,80 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X43782 livre neuf, broché 5 à 8 jours
15,80 €
Chez Amazon

 En 1795, l’explorateur écossais Mungo Park, voyageur solitaire que les difficultés semblent fouetter, découvre le royaume légendaire de Ségou, en Afrique, et pense avoir élucidé l’énigme du Niger – dont les géographes d’alors, à la suite d’Hérodote, faisaient un affluent du Nil ! Retour triomphal en Angleterre où s’impatiente sa bien-aimée, nouvelle Pénélope ; tentations idylliques ; nouveau départ vers l’inconnu, dont les charmes secrets ne le cèdent en rien à ceux de la belle Ailie…

Le destin, ce démon capricieux que les esprits forts de l’Europe tentent d’exorciser au nom d’une Liberté en trompe-l’oeil a décidément plus d’un tour dans sa besace : aveuglement, cruauté, folie, ironie macabre sont mieux que jamais au rendez-vous, cependant que la marionnette humaine gigote bravement et tente, bien en vain, d’éviter les plus mauvais coups.

Ce roman, salué aux États-Unis par une critique éblouie, partagée entre la surprise et le plaisir, obéit en fait à un projet d’une ambition parfaitement folle : réunir en un même creuset toutes les grandes formes de récit où le génie anglo-saxon a excellé depuis trois cents ans. Le livre peut se lire comme une saga mi-picaresque mi-libertine en costume du dix-huitième, comme un conte noir dans le goût «gothique», comme un chronique réaliste à la Dickens, comme un roman d’aventures que n’auraient pas désavoué Conrad ou Stevenson… et comme le type achevé de ces récits «éclatés» à travers lesquels notre siècle essaie de reconstituer l’énigme de son propre visage…

Les liens baroques tissés entre Mungo Park et le fleuve Niger pendant ses explorations