Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 BOYLE T. Coraghessan - Water music

Plus de vues

  •  BOYLE T. Coraghessan - Water music

BOYLE T. Coraghessan

Water music

Phébus - Paris - 1988
ISBN: 9782859401092
(Domaine romanesque)
736 p. - 21 x 14 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X51302 livre d'occasion, brochés, état et prix divers 5 à 8 jours
8,99 €
Chez Amazon

 En 1795, l’explorateur écossais Mungo Park, voyageur solitaire que les difficultés semblent fouetter, découvre le royaume légendaire de Ségou, en Afrique, et pense avoir élucidé l’énigme du Niger – dont les géographes d’alors, à la suite d’Hérodote, faisaient un affluent du Nil ! Retour triomphal en Angleterre où s’impatiente sa bien-aimée, nouvelle Pénélope ; tentations idylliques ; nouveau départ vers l’inconnu, dont les charmes secrets ne le cèdent en rien à ceux de la belle Ailie…

 
Le destin, ce démon capricieux que les esprits forts de l’Europe tentent d’exorciser au nom d’une Liberté en trompe-l’oeil a décidément plus d’un tour dans sa besace : aveuglement, cruauté, folie, ironie macabre sont mieux que jamais au rendez-vous, cependant que la marionnette humaine gigote bravement et tente, bien en vain, d’éviter les plus mauvais coups.
 
Ce roman, salué aux États-Unis par une critique éblouie, partagée entre la surprise et le plaisir, obéit en fait à un projet d’une ambition parfaitement folle : réunir en un même creuset toutes les grandes formes de récit où le génie anglo-saxon a excellé depuis trois cents ans. Le livre peut se lire comme une saga mi-picaresque mi-libertine en costume du dix-huitième, comme un conte noir dans le goût «gothique», comme un chronique réaliste à la Dickens, comme un roman d’aventures que n’auraient pas désavoué Conrad ou Stevenson… et comme le type achevé de ces récits «éclatés» à travers lesquels notre siècle essaie de reconstituer l’énigme de son propre visage…
Sept cents pages dont le moins qu’on puisse dire est qu’elles ne sont pas de tout repos.

Les liens baroques tissés entre Mungo Park et le fleuve Niger pendant ses explorations