Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 COPPOLANI Georges - Xavier Coppolani fils de Corse, homme d'Afrique. Fondateur de la Mauritanie

Plus de vues

  •  COPPOLANI Georges - Xavier Coppolani fils de Corse, homme d'Afrique. Fondateur de la Mauritanie

COPPOLANI Georges

Xavier Coppolani fils de Corse, homme d'Afrique. Fondateur de la Mauritanie

L'Harmattan - Paris - 2005
ISBN: 9782747592895
212 p., ill. in t. - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 20,50 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X49456 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
16,00 €
Chez Amazon
X66934 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
14,29 €
Chez Priceminister

L'auteur a voulu revisiter, cent ans après sa mort, la carrière de son grand-oncle connu des historiens comme le Pacificateur de la Mauritanie. Arabisant et islamisant, Xavier Coppolani, conçoit une doctrine d'expansion coloniale dont les idées-forces sont le respect de l'autre dans sa culture et ses moeurs, qu'il applique en 1898 et 1899, au cours d'une mission au Soudan français. Il est à l'origine de la création au Sahara occidental un territoire dont il définit les limites et qu'il appelle la Mauritanie et dont l'administration lui sera confiée. Il en est le fondateur.

Xavier Coppolani (1866-1905) est fils d'un colon Corse installé en Algérie (région de Constantine). Il sera d'abord secrétaire des communes mixtes en Algérie; il apprend l'arabe et se spécialise dans l'étude des confréries musulmanes. En 1898 Trentinian, alors gouverneur du Soudan, le charge d'étudier les relations existant entre confréries d'Algérie et celles du Soudan (Mali actuel). Il part de Saint-Louis (avec Randau) et par le Hodh et l'Azaouad atteint Tombouctou puis les portes d'Araouan. En 1899 il milite pour la création de la Mauritanie occidentale et obtient gain de cause. Il en est nommé résident et, en 1902, commissaire du Gouvernement Général de l'A.O.F. Il obtient, par une diplomatie habile et des voyages incessants le ralliement du Tagant, du Hodh et enfin de l'Adrar. Il est cependant tué par des Maures à Tidjikja le 12 mai 1905.