Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 Dossiers Noirs - 20, LABARTHE Gilles - Le Togo, de l'esclavage au libéralisme mafieux. Nouvelle édition mise à jour et augmentée

Plus de vues

  •  Dossiers Noirs - 20, LABARTHE Gilles - Le Togo, de l'esclavage au libéralisme mafieux
  •  Dossiers Noirs - 20, LABARTHE Gilles - Le Togo, de l'esclavage au libéralisme mafieux. Nouvelle édition mise à jour et augmentée

Dossiers Noirs - 20, LABARTHE Gilles

Le Togo, de l'esclavage au libéralisme mafieux. Nouvelle édition mise à jour et augmentée

Agone - Agir ici - Survie - Marseille - 2013
ISBN: 9782748901849
(Dossiers noirs - 20)
255 p. - 11 x 17 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 15,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X43081 livre neuf, broché 5 à 8 jours
15,00 €
Chez Amazon

Pionnier des indépendances, riche en matières premières, le Togo fut longtemps surnommé « la Suisse de l’Afrique ». Les projets de développement concoctés par les anciennes puissances coloniales l’ont vite fait crouler sous le poids de la dette. Soumis ensuite aux programmes de privatisation sauvage dictés par la Banque mondiale, ce minuscule État devint un espace off-shore où s’activent milices privées américaines, agents secrets français, coopérants allemands, hommes d’affaires sans scrupules, politiciens corrompus et avocats véreux. Autant de réseaux qui se concurrencent au service d’une passion commune : arracher leur part du butin en détournant les fonds publics, participer au pillage des ressources naturelles pour leur propre compte ou pour celui de multinationales prédatrices. En réponse aux thèses persistantes qui voudraient attribuer la responsabilité du marasme aux Africains eux-mêmes, ce livre démonte les principaux mécanismes et jeux d’influence étrangers qui ont contribué à ruiner l’équilibre économique et social d’une jeune nation. Le coup d’État militaire et les pressions diplomatiques qui ont immédiatement suivi la mort de Gnassingbé Eyadéma, le 5 février 2005, après trente-huit ans d’un règne sans partage, l’ont encore confirmé : les chancelleries occidentales ne cessent d’interférer pour imposer leur candidat à la succession du dictateur et garantir leurs intérêts dans la région.

 Une première édition en 2005

 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter