Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 Hérodote 120 - La question postcoloniale

Plus de vues

  •  Hérodote 120 - La question postcoloniale

Hérodote 120

La question postcoloniale

La découverte - Paris - 1992
ISBN: 9782707147806
(Hérodote - n° 120)
288 p. - 17 x 20 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 24,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X45203 livres neuf et d'occasion, brochés, état et prix divers. A partir de: 5 à 8 jours
3,37 €
Chez Amazon

L’adjectif « postcolonial » est de plus en plus utilisé de façon plus ou moins polémique et négative. Il sert à évoquer les séquelles de la colonisation dans les pays devenus indépendants, et il qualifie aussi dans les anciennes métropoles coloniales des problèmes qu’elles ne connaissaient pas avant les indépendances. En France, par exemple, vivent près de sept millions de personnes venues des anciennes colonies françaises ou qui sont leurs enfants et petits-enfants. Pour dénoncer les discriminations dont ils sont souvent victimes, divers mouvements politiques et intellectuels de gauche soutiennent aujourd’hui ceux qui ont lancé début 2005 un manifeste revendiquant les droits des « indigènes de la République ». Cette expression paradoxale mais efficace fait allusion au statut d’infériorité par rapport aux Européens qui caractérisait les « indigènes » dans les anciennes colonies. Mais ces discours qui dénoncent parfois la France comme une « société coloniale » peuvent mener à de dangereux malentendus. En effet, ces « indigènes » d’aujourd’hui sont minoritaires dans la République française, alors que dans les colonies, les indigènes d’hier, qui n’avaient presque aucun droit, formaient l’essentiel de la population. Dans les pays qui ont été des métropoles coloniales, on en vient en tout cas à parler de situations postcoloniales. C’est également la conséquence de changements majeurs dans le monde musulman et d’une remise en cause de l’histoire mondiale. La dénonciation désormais classique de la Shoah a ainsi conduit à la prise de conscience que la traite des esclaves durant des siècles a été le plus long des crimes contre l’humanité. D’où certaines tendances à une diabolisation souvent simplificatrice de ce phénomène mondial que fut la colonisation. Mais la question postcoloniale ne se pose pas de la même façon en France, au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas.

Sommaire:
- Hérodote a trente ans / Yves Lacoste et Béatrice Giblin,
- La question postcoloniale / Yves Lacoste,
- L’Inde émergente, ou la sortie des temps postcoloniaux / Jean-Luc Racine,
- Le postcolonial : histoires de langues / Émilienne Baneth-Nouailhetas,
- Fracture sociale ou fracture nationale ? De la gravité des violences urbaines de l’automne 2005 / Béatrice Giblin,
- Un effet du « postcolonial » : le renouveau de la culture kabyle. De la mise à profit de contradictions coloniales / par Camille Lacoste-Dujardin,
- Les « indigènes de la République » : nation et question postcoloniale. Territoires des enfants de l’immigration et rivalité de pouvoir / Jérémy Robine,
- La guerre d’Algérie en France métropolitaine : souvenirs « oubliés » / Bernard Alidières,
- Les événements de Perpignan ou la fin d’un système géopolitique local / David Giband
- Les attentats de Londres, révélateur du malaise de la nation britannique / Delphine Papin,
- Quis separabit ? Comment l’unionisme nord-irlandais gère la menace d’un avenir « postcolonial » / Wesley Hutchinson,
- L’Afrique noire au crible de la mémoire coloniale / Roland Pourtier,
- Lettres de Bruxelles et de Kinshasa.
- Comment peut-on être Indonésien ? De la mondialisation d’un archipel / François Raillon,
- Lettre d’un professeur de lycée à propos des critiques récurrentes sur les programmes d'histoire-géographie.