Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 Islam & sociétés au Sud du Sahara - Nouvelle série 04 - Dans les pas du chameau

Plus de vues

  •  Islam & sociétés au Sud du Sahara - Nouvelle série 04 - Dans les pas du chameau

Islam & sociétés au Sud du Sahara - Nouvelle série 04, TRIAUD Jean-Louis, HAMES Constant (sous la direction de)

Dans les pas du chameau

Les Indes Savantes - Paris - 2015
ISBN: 9782846543989
( Islam & sociétés au Sud du Sahara - Nouvelle série 04)
188 p. - 22,0 x 16,0 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 26,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X66581 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
9,10 €
Chez Amazon

 Ce volume est placé sous l’enseigne du chameau, un des animaux honorés par l’islam qui en a fait une sorte de créature miraculeuse, véritable providence pour l’humanité. Un passage du Coran (sourate 88, versets 17-22) nomme le chameau, avec le ciel, les montagnes et la terre parmi les objets de la création que le croyant doit contempler comme signes de la puissance et de la bienveillance d’Allah. Plusieurs traditions associent encore le chameau aux miracles du Prophète, tel ce chameau indocile qui s’était prosterné devant ce dernier. La tradition musulmane se souvient aussi de la bataille du Chameau – cet animal emblématique, sur lequel était posée la litière de ‘Aicha, et qui fut un point de ralliement pendant un moment du combat contre les partisans de ‘Ali, en 656 de notre ère.

Deux de nos collègues anthropologues, spécialistes de la Mauritanie, Abdel Wedoud Oul Cheikh et Constant Hamès, en ont fait l’objet de leur étude. 
Constant Hamès met en parallèle l’usage du cheval et du chameau et le triomphe historique du second dans toutes les fonctions de bât, de monte et de combat. Il soulève aussi la dimension sociale du sujet. Chaque catégorie sociale a entretenu des relations privilégiées avec le chameau. Les uns, dans le cadre de leurs activités guerrières, les autres, de leurs activités de transport commercial, et d’autres encore comme éleveurs. Constant Hamès a voulu rétablir en bonne place le rôle des artisans, ma’llemîn, qui ont permis, grâce à leur savoir technique, une meilleure utilisation de l’animal, tout en restant marqués par l’ostracisme social réservé aux « castes inférieures ». Une iconographie réunie par ses soins illustre son argumentaire.
Abdel Wedoud Ould Cheikh ravive ses souvenirs d’enfance autour de l’encyclopédie animalière d’un auteur égyptien du XIVè siècle nommé al-Damiri. Dans l’article ibil, un des termes pour désigner le chameau, al-Damiri fait le tour des connaissances sur la question, s’attardant, entre autres, sur le statut légal, souvent discuté, de la consommation de viande de chameau. S’y ajoutent proverbes, histoires merveilleuses et rêves qui mettent encore l’animal en scène. Vincent Monteil, lui-même auteur d’un « Essai sur le chameau au Sahara occidental » (1952), avait relevé un vocabulaire de plus de 1 000 mots, essentiellement arabes, consacrés au chameau, traité à l’égal d’un héros.
Les autres contributions peuvent paraître plus classiques. Elles n’en sont pas moins originales et novatrices. Ainsi de l’article d’Issa Cissé sur le rôle économique des entrepreneurs musulmans au Burkina Faso, un pays qui est aujourd’hui sous les feux de l’actualité. Ces entrepreneurs savent s’arranger avec tous les pouvoirs en place et constituent une des forces sociales avec lesquelles l’Etat doit compter. Ainsi aussi de l’article de Said Bousbina sur des correspondances oubliées de Yacouba Sylla et de ses partisans, qui jettent un éclairage inhabituel sur ce personnage. Yacouba Sylla, le jeune Soninké du fleuve Sénégal, déporté pour cause de hamallisme, sut combiner, à Sassandra, puis à Gagnoa, les jeux d’influence religieux, économiques et politiques dans la Côte d’Ivoire coloniale, puis « houphouëtiste ». L’analyse de cette correspondance en fait un maître à penser très non conformiste. On ne le percevait jusqu’à présent qu’à travers de nombreux filtres, hostiles ou apologétiques. Il ne sera plus possible désormais d’évoquer sa personne et sa doctrine sans faire référence à cette nouvelle source.
Jean-Louis Triaud

 Ce volume est placé sous l’enseigne du chameau, un des animaux honorés par l’islam qui en a fait une sorte de créature miraculeuse, véritable providence pour l’humanité.

Sommaire:
- Issa Cissé / Islam et économie au Burkina Faso. Relations et enjeux, pp.9-28,
- Constant Hamès / Le chameau et l’artisanat au désert, pp. 29-44 + dossier photos, pp. 45-53,
- Abdel Wedoud Ould Cheikh / Ah ! quel chameau ! Note sur le chameau dans la parazoologie arabe et autres fantaisies, pp. 55-72,
- Saïd Bousbina / Une source inédite sur la communauté de Yacouba Sylla en Côte d’Ivoire au début des années 1930, pp. 73-198, (55 lettres ou documents reproduits et analysés)