Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 POLITIQUE AFRICAINE n° 141 - Polyphonies du rap

Plus de vues

  •  POLITIQUE AFRICAINE n° 141 - Polyphonies du rap

POLITIQUE AFRICAINE n° 141, ATERIANUS-OWANGA Alice, MOULARD Sophie (Coordonné par)

Polyphonies du rap

Karthala - Paris - 2016
ISBN: 9782811116415
(Politique africaine ; 141)
204 p. - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 20,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X68887 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
7,20 €
Chez Priceminister

  À rebours des présupposés réduisant le rap à son image contestataire, ce dossier s’attache à dépasser l’idée d’une simple dichotomie entre résistance et allégeance dans les relations que les artistes entretiennent avec le politique. En mobilisant la notion de polyphonie, il s’agit de comprendre les multiples ressorts stratégiques dont les rappeurs usent pour négocier une marge d’individuation et d’émancipation dans des espaces verrouillés. Les contributions se penchent sur des scènes rap jusqu’à présent peu documentées (Angola, Cameroun, Kenya, Ouganda, Tunisie) et mettent en évidence les modes pluriels d’imbrication et d’adaptation de ce genre musical en Afrique, en fonction des situations politiques de différents États ou de moments historiques particuliers. Par l’entrée rap, on accède alors à une compréhension plus vaste de processus de renouvellement, de transformation ou de déclin des régimes politiques concernés, ainsi que des modes d’agencéité mobilisés par la génération hip-hop africaine.

 Ce dossier propose de comprendre, à travers la notion de polyphonie, les multiples ressorts stratégiques dont les rappeurs usent pour négocier une marge d’individuation et d’émancipation dans des espaces verrouillés

Sommaire:
Le Dossier : Polyphonies du rap
- Alice Aterianus-Owanga et Sophie Moulard / Cherchez le politique... Polyphonies, agencéité et stratégies du rap en Afrique,
- Elham Golpushnezad et Stefano Barone / « On n’est pas à vendre ». L’économie politique du rap dans la Tunisie post-révolution,
- Chloé Buire / L’hégémonie politique à l’épreuve des musiques urbaines à Luanda, Angola,
- Daniel Künzler / « L’entrepreneur de lui-même » et les polyphonies politiques du rap kenyan,
- Nanna Schneidermann / « Qui cuisine, qui mange ? » : les artistes, courtiers culturels des campagnes électorales en Ouganda,
- Patrick Awondo et Jean-Marcellin Manga / « Devenir rappeur engagé » : l’émergence controversée du rap dans l’espace public camerounais.

Recherches
- Sophie Andreetta / Pourquoi aller au tribunal si l’on n’exécute pas la décision du juge ? Conflits d’héritage et usages du droit à Cotonou,
- Valeria Alfieri / Le Palipehutu-FNL au Burundi. Dynamiques d’ethnicisation et de « désethnicisation »

LA REVUE DES LIVRES
- M. Le Lay, D. Malaquais et N. Siegert, Archive (re)mix. Vues d’Afrique (par Marie-Aude Fouéré)
- R. Spronk, Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi (par Dominique Conn
- L. Laakso et P. Hautaniemi (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa (par Nicole Stremlau)
- R. Lorway, Namibia’s Rainbow Project. Gay Rights in an African Nation (par Lucille Gallardo)
- S. Brunel, L’Afrique est-elle si bien partie ? (par Yves Gounin)
- S. Perrot, S. Makara, J. Lafargue et M.-A. Fouéré (dir.), Elections in a Hybrid Regime. Revisiting the 2011 Ugandan Polls (par Michaela Collord)
- M. de Saint-Martin, G. Scarfo Ghellab et K. Mellakh (dir.), Étudier à l’Est : expériences de diplômés africains (par Françoise Blum)