Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 TILLIM Guy - Museum of the Revolution

Plus de vues

  •  TILLIM Guy - Museum of the Revolution

TILLIM Guy

Museum of the Revolution

Michael Mack - London - 2019
ISBN: 9781912339273
136 p., 65 photographies de Guy Tillim, texte en anglais et français de Guy Tillim, préface extraite de l’ouvrage d’Achille Mbembe, Sortir de la Grande Nuit - 32 x 24 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 35,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X69523 livre neuf, reliure éditeur, à partir de: 5 à 8 jours
35,00 €
Chez Amazon

 Lauréat du Prix HCB 2017, attribué grâce au soutien de la Fondation d’entreprise Hermès, le sud-africain Guy Tillim (né en 1962) s’est attaché, avec cette nouvelle série Museum of the Revolution, à observer les effets de la décolonisation dans les grandes capitales africaines.

 
La série tire son nom du Museum of the Revolution, situé sur l’Avenida 24 Julho [l’avenue du 24 juillet] à Maputo, capitale du Mozambique. L’avenue a été baptisée ainsi juste après l’établissement de la ville de Lourenço Marques comme capitale de la colonie portugaise. Le 24 juillet 1875 marque la fin du conflit anglo-portugais pour la possession des territoires, tranché en faveur du Portugal.
 
Cent ans après, le nom de l’avenue est resté le même, mais son sens a totalement changé. L’indépendance du Mozambique fut proclamée le 25 juin 1975 ; la capitale fut renommée Maputo et, aujourd’hui, le 24 juillet est devenu le Jour de la Nationalisation, qui célèbre le transfert de propriété de toutes les terres et bâtiments portugais à l’État. Une guerre civile de quinze ans s’en suivit, qui prit fin en 1992. La république populaire du Mozambique fut rebaptisée république du Mozambique, annonçant ainsi une nouvelle ère.
 
Le Museum of the Revolution abrite une vaste peinture panoramique, produite par des artistes nord-coréens, décrivant la libération de la capitale des lois coloniales portugaises. Cette fresque illustre la rhétorique d’une révolution, alors que le chef et sa suite paradent dans les rues et les avenues, elles- mêmes dessinées et conçues avec toute l’emphase du pouvoir colonial. Ces rues, nommées et renommées, agissent en témoins silencieux des flux et reflux des changements politiques, économiques et sociaux du pouvoir, et sont devenues
 
le musée des deux révolutions majeures qui ont vu le jour dans les pays africains durant ces soixante-cinq dernières années : des régimes coloniaux aux régimes postcoloniaux, avec des emprunts aux pratiques socialistes, puis du nationalisme africain aux États capitalistes.

 Catalogue officiel de l'exposition présentée du 26 février au 2 juin 2019 à Paris - Fondation Henri Cartier-Bresson.

 
Guy Tillim a photographié les rues de Johannesburg, Maputo, Luanda, Harare, Libreville, Addis Ababa et Nairobi, puis Dakar, Accra, Kampala et Lagos. Le nom de cette série renvoie à une institution de Maputo, et à l'histoire du Mozambique.
Guy Tillim, né en 1962 à Johannesburg, est l'un des acteurs majeurs de la scène photographique sud-africaine. Il travaille avec le collectif Apix jusqu'en 1990 tout en étant free-lance pour Reuters ou l'AFP. Photographe de guerre il couvre les conflits en Angola, en Afghanistan et au Rwanda. Photographe documentaire également, il cherche à retracer les marques du colonialisme et de l'apartheid. Représenté par la galerie Stevenson (Cap town) et l'agence VU (Paris), il vit au Cap en Afrique du Sud.
La fondation Cartier-Bresson (Paris) a présenté à 2 reprises ses photos : en 2009 ("Jo'burg" et "Avenue Patrice Lumumba") et en 2019 ("Museum of the revolution").
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter