Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 VIEIRA Gérard - L'Eglise catholique en Guinée à l'épreuve de Sékou Touré (1958-1984)

Plus de vues

  •  VIEIRA Gérard - L'Eglise catholique en Guinée à l'épreuve de Sékou Touré (1958-1984)

VIEIRA Gérard

L'Eglise catholique en Guinée à l'épreuve de Sékou Touré (1958-1984)

Karthala - Paris - 2005
ISBN: 9782845866102
(Mémoires d'églises)
504 p., nombreuses ill.phot.h.t., préface de Mgr. Robert Sarah - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 30,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X61738 livre neuf, broché 5 à 8 jours
30,00 €
Chez Amazon

En Guinée, pendant le " règne " sans partage du président Sékou Touré - depuis l'indépendance en 1958, jusqu'à sa mort, fin mars 1984 -, l'Église catholique a connu son épreuve la plus sévère depuis le début de l'évangélisation en 1875. Les missionnaires pourtant - surtout ceux de la jeune génération -, étaient disposés à travailler à la réussite de l'expérience guinéenne. Sékou Touré avait gardé de sa formation en Europe de l'Est, au temps de la guerre froide, des préjugés antichrétiens, encouragé en cela par un certain nombre d'intellectuels anticléricaux. S'y ajoutaient un nationalisme très fort et un sens exacerbé de la dignité africaine. Pour les dirigeants, l'Église était un " vestige du colonialisme " et le missionnaire européen, l'agent d'un pays colonisateur désireux de perpétuer sa domination. Progressivement, les mouvements d'Action catholique, les écoles, les émissions catholiques sont supprimés. L'Église renouvelle alors sa pratique pastorale en travaillant catéchèse et liturgie. Surtout, elle s'efforce de former le plus possible de laïcs, catéchistes et responsables de communautés chrétiennes. Fin 1967, la Guinée expulse tous les missionnaires étrangers. Le Parti unique durcit ses positions : les 13 prêtres et les 13 religieuses - africains - arrivés à Conakry pour remplacer les missionnaires étrangers sont limités dans leurs déplacements et repartent plus ou moins rapidement. Puis, on s'achemine vers l'arrestation de l'archevêque de Conakry, Mgr Tchidimbo : il gardait trop le sens de l'Église universelle. Quelques laïcs chrétiens collaborent à cet effort d'élimination de l'archevêque. Sa libération, neuf ans plus tard, en 1979, permet la nomination de deux autres évêques. La situation de l'Église n'en est pas vraiment améliorée. Pourtant, elle réussit à survivre, parfois même à se développer. Mais il faudra attendre la mort de Sékou Touré pour qu'un vent de liberté souffle à nouveau. Un nombre considérable de lettres, les journaux de communauté des années soixante, les témoignages de laïcs et de prêtres permettent de suivre cet engrenage inexorable visant à étouffer la communauté chrétienne. Quarante ans après les événements, il était urgent de recueillir les témoignages de ceux qui vivent encore et possible d'accueillir sans passion la vérité de ces années difficiles.

 Cet ouvrage constitue le 3eme volume d'une monumentale histoire de l'Eglise catholique de Guinée entreprise par Gérard Vieira. Les deux premiers volumes, publiés à Dakar, couvrent la période comprise entre 1875 et 1958.

Sommaire:
- Préface de Mgr. Robert Sarah.

- Première partie: La fin de l'épiscopat de Mgr de Milleville
- Deuxième partie: Mgr Raymond-Marie Tchidimbo (1961-1970)
- Troisième partie: L'Eglise du silence (1967-1984)
Gérard Vieira, spiritain, a exercé son apostolat en Guinée, de 1954 à 1967. Il a été expulsé de ce pays en même temps que les autres missionnaires européens. De 1967 à 1998, il occupe, au Sénégal, différentes fonctions, entre autres celle de supérieur principal du district spiritain (Sénégal Guinée, Guinée-Bissau, Mauritanie). Il est actuellement responsable des Archives générales de la congrégation du Saint-Esprit, à Chevilly-Larue (Val-de-Marne)