Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 RANDAU Robert - A l'ombre de mon baobab. Immoralités paresseuses

Plus de vues

  •  RANDAU Robert - A l'ombre de mon baobab. Immoralités paresseuses

RANDAU Robert

A l'ombre de mon baobab. Immoralités paresseuses

Aux Editions du Monde Nouveau - Paris - 1923
(Le vaste monde ; 02)
XVI-227 pp. - 18 x 11 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X51358 livres d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
16,00 €
Chez Abebooks

 

 Fort sympathique recueil de conseils d'existence (parfois un peu machistes mais c'était l'époque) de tableaux et d'anecdotes issus de la longue expérience de terrain de l'auteur; textes légers par la forme mais souvent porteurs de sens et celui-ci bien décalé de la pensée coloniale commune  de l'époque.

Notons pp. 139-143 une longue, sensible et déjà odorante description de la ville de Saint-Louis qui porte le titre: Il est nécessaire d'aimer les villes qui meurent….et nous ne sommes qu'en 1923
Robert Randau est le nom de plume de Robert Arnaud (1873-1950), administrateur colonial et écrivain français né à Alger.
Il sort de l'Ecole coloniale en 1896 et devient administrateur de communes mixtes en Algérie. A partir de 1899 il s'attache à Coppolani qu'il accompagne au Soudan et à Tombouctou puis en 1905 en Mauritanie. Il rejoint ensuite le service des affaires politiques de l'A.O.F. Il occupera des fonctions importantes au Soudan français et en Haute-Volta entre les deux guerres. Il prend sa retraite en 1937 avec grade de gouverneur des colonies.
Ecrivain prolixe (plus de 30 ouvrages) il est l'un des fondateurs de l'Algérianisme et l'un des représentants les plus significatifs de la littérature coloniale française.