Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 RENEL Charles - L'oncle d'Afrique

Plus de vues

  •  RENEL Charles - L'oncle d'Afrique
  •  RENEL Charles - L'oncle d'Afrique (page de faux titre)

RENEL Charles

L'oncle d'Afrique

Flammarion - Paris - 1926
247 p. - 12 x 19 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X71300 livres d'occasion, état, reliure et prix divers. A partir de: 5 à 8 jours
39,80 €
Chez LRB
X51371 livre d'occasion, cartonnage imitation cuir brun 5 à 8 jours
4,90 €
Chez Priceminister

 La Fille de l'île rouge, en 1924, annonce la parution de La Métisse, comme cela se faisait dans les maisons d'édition entreprenantes du début du siècle passé. Et le roman, posthume, paraît en 1926, sous le titre imprévisible de L'Oncle d'Afrique, alors que le thème du métissage innerve toute la trame. J. Dorsenne, qui tient la critique littéraire de La Dépêche coloniale en 1926, ne s'y trompe pas, qui dénonce ce " titre trompeur ", alors qu'il encense l'auteur " qui n'a pas pu signer les envois de son oeuvre ". C'est que Renel a des raisons que sa raison d'être ne connaissait peut-être pas un an ou deux auparavant, durant la période de conception d'ensemble de son roman. Au début des années 1920, hors mariage, il a trois enfants, dont une fille. ils lui viennent d'une Malgache qui habite non loin de chez lui, à Ambohizanahary, au-dessus de Mahamasina. La fiction de Renel illustre plus que nulle autre ce qui fait lien entre les îles, La Réunion, Maurice et Madagascar ; et avec la Métropole : ce transfert insulaire qui implique une part obscure venue de la domination coloniale et de l'esclavage : la malédiction de la tâche noire pour reprendre le propos de l'un des personnages du roman : la part métisse qui fonde l'identité indo-océanique. (notice concernant la réédition de cet ouvrage par les Edions Orphie en 2005 sous le titre L'oncle d'Afrique ou La Métisse)

 Ouvrage, publié de façon posthume, un an après la mort, à Madagascar, de Charles Renel

 
Sur la vie et l'œuvre de Charles Renel, lire l'excellent article Charles Renel : une vie, une époque, une œuvre. Éléments de biographie écrit par Jackie Roubeau-Raharisoa et publié dans Etudes Océan Indien 40-41 | 2008 : De l’éclosion à l’épanouissement de la littérature malgache, pp. 237-255
Charles Renel (1866, Strasbourg - 1925, Tananarive) est un enseignant universitaire et écrivain français. Diplômé de l'Ecole Normale Supérieure, aggrégé de grammaire puis docteur ès Lettres (titre de sa thèse: l’évolution d’un mythe. Açvins et Dioscures), Renel sera professeur du secondaire (Bourg en Bresse, Caen) avant d'être nommé maître de conférence puis professeur adjoint (Caen puis Lyon) mais sans obtenir le poste convoité de professeur des universités. Franc-maçon à partir de 1892, il obtient en 1906, probablement par la décision de Victor Augagneur, le poste important de directeur de l'enseignement public à Madagascar. Il mettra dans ces fonctions une grande énergie pour combattre la suprématie des différentes écoles confessionnelles et développer une Ecole Publique équivalente à celle existant en métropole. Avec une équipe franco-malgache il réalisera également une série de manuels scolaires "laïques" et novateurs. Curieux par nature il se passionnera pour les religions traditionnelles des malgaches ainsi que pour leur littérature traditionnelle et fait recueillir par les instituteurs contes et légendes. Enfin il écrira un recueil de nouvelles et quatre romans utilisant les connaissances qu'il a accumulées sur la Grande Île. Il meurt à Madagascar en 1925 à l'âge de 59 ans. Il aura trois enfants d'une compagne malgache.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala