Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 MONTEIL Parfait-Louis, (Colonel) - Souvenirs vécus. Quelques feuillets de l'histoire coloniale . Les rivalités internationales

Plus de vues

  •  MONTEIL Parfait-Louis, (Colonel) - Souvenirs vécus. Quelques feuillets de l'histoire coloniale . Les rivalités internationales

MONTEIL Parfait-Louis, (Colonel)

Souvenirs vécus. Quelques feuillets de l'histoire coloniale . Les rivalités internationales

Société d'Editions Géographiques, Maritimes et Coloniales - Paris - 1924
156 p., préface du général Mangin - 23 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X51566 livres d'occasion, brochés; à partir de: 5 à 8 jours
12,00 €
Chez Abebooks

 

Sommaire:
- Préface du général Mangin.
- Introduction.
- Brière de l'Isle.
- Galliéni.
- L'idée du Transsaharien et le projet de pénétration au Niger.
- Missions préliminaires.
- La pénétration au Niger.
Flottements.
- Menace d'abondon du Soudan.
- Faidherbe.
- Sous secrétariat d'Etat des Colonies.
Indochine. etc.
- Colonies
Parfait-Louis Monteil (1855-1925) était officier de l'infanterie de marine coloniale et explorateur. Volontaire en 1874, formé à Saint-Cyr, Monteil commença sa carrière en Afrique occidentale d'abord comme officier d'ordonnance du gouverneur du Sénégal, Brière de l'Isle, puis comme directeur des affaires politiques de la Colonie en 1879. Après un séjour de quatre ans en Orient et en Océanie, il revint au Sénégal où il dirigea les brigades topographiques chargées d'étudier la liaison ferroviaire entre le Sénégal et le Niger et prépara une nouvelle carte du Sénégal avec Binger. Il fut chargé en 1890 de vérifier sur le terrain les limites théoriques des possessions françaises et anglaises afin d'établir une liaison entre le Sénégal et le Tchad. Il dépassa le Niger et conclut des traités avec les rois de trois états indépendants avant de pénétrer dans l'empire Peul. Il gagna le Tchad où il demeura auprès du sultan pendant quelques mois avant de rentrer par le Sahara à Tripoli à la fin de l'année 1892. Il est blessé au cours des opérations menées contre Samory et arrête alors sa carrière militaire.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter