Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 FOUCAULD Charles de (Vicomte) - Reconnaissance au Maroc 1883-1884

Plus de vues

  •  FOUCAULD Charles de (Vicomte) - Reconnaissance au Maroc 1883-1884

FOUCAULD Charles de (Vicomte)

Reconnaissance au Maroc 1883-1884

Société d'Editions géographiques, maritimes et coloniales - Paris - 1934
2 volumes = Vol 1: XVI-499 pp., 4 photos h.t., 101 dessins, 1 pl. dépliante / Vol 2: atlas avec 20 cartes itinéraires, 1 tableau d'assemblage, 1 carte d'ensemble dépliante - 24,5 x 33 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X52972 livre d'occasion, réunion en un seul volume broché mais bien complet des cartes 5 à 8 jours
1 100,00 €
Chez Abebooks

 En 1883-1884, durant douze mois Charles de Foucauld parcourt le Maroc sous l'habit d'un voyageur juif, muni d'un cahier de cinq centimètres carrés et d'un crayon long de deux cm. En 1885, il est en pleine rédaction de Reconnaissance au Maroc. Il s'agit d'une des pages les plus concises et les plus riches en informations de l'histoire du Maroc Moderne, comme le déclare au Monde, M. Mokhtar Belarebi, professeur à l'université de Rabat, qui prépare une traduction en arabe.

 En 1883-1884, durant douze mois Charles de Foucauld parcourt le Maroc sous l'habit d'un voyageur juif. Son journal constitue l'une des pages les plus concises et les plus riches en informations de l'histoire du Maroc Moderne

- Charles de Foucauld (1858-1916) est né à Strasbourg, études au lycée de Nancy, puis Saint-Cyr et Saumur (sans y briller particulièrement sauf ar son indiscipline). Envoyé en Algérie en 1881 il y participe aux campagnes militaires dans le sud-oranais. Découverte du désert et de l'Islam; Foucauld quitte l'armée et décide d'organiser un grand voyage au Maroc, déguisé en marchand juif et accompagné par le rabbin Mardochée (3000 km parcourus, plus de 2000 km d'itinéraires nouveaux relevés et une masse enorme d'informations recueillies). Reçoit la médaille d'or de la Société de géographie en 1885. Il voyage en 1885-86 dans les oasis du sud algérien et se lie d'amitié avec des officiers méharistes. Entre dans les ordres en 1887 et s'installe en 1901 à Beni Abbès. Renoue avec Laperrine qu'il a connu à Saint-Cyr et Saumur et participe en 1904 à une tournée de pacification dans les tribus touarègues (avec Laperrine et Nieger). En 1905 se joint à la misson Etiennet (étude du tracé d'un télégraphe transsaharien) et l'amenokal Moussa Ag Amastane ayant promis de protéger le "chrétien", ce dernier s'établit à Tamanrasset . Il établira bientôt un ermitage en altitude au sommet de l'Assekrem (2700 m). Il y travaillera (apostolat et études scientifiques) pendant 10 ans et sera assassiné par un parti touareg en 1916.