Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
HARDY Georges, RICHET Fils Ch. - L'alimentation indigène dans les colonies françaises

Plus de vues

  • HARDY Georges, RICHET Fils Ch. - L'alimentation indigène dans les colonies françaises

HARDY Georges, RICHET Fils Ch.

L'alimentation indigène dans les colonies françaises

Vigot - Paris - 1933
388p., 16 cartes, 71 figures in t., préface du Médecin Général Lasnet - 25 x 16,5 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X52986 livres d'occasion, état, reliure et prix divers. A partir de: 5 à 8 jours
95,00 €
Chez Abebooks

 

Pour réussir le développement économique de nos colonies un effort immense est nécessaire dont une part importante sera demandée aux populations autochtones (construction des voies de communication, travaux d'irrigation, etc..). Pour qu'ils puissent fournir cet effort ils doivent être en bonne santé et bien nutris. Ce n'est pas le cas actuellement. Une véritable politique de l'alimentation doit s'imposer dans nos colonies: la politique du ventre plein (Gouverneur Carde). Ce livre est destiné à servir de guide et d'encouragement pour chercher à résoudre les problèmes alimentaires ou nutritionnels qui se posent encore pour améliorer la ration alimentaire journalière des indigènes…

Sommaire:
Première partie: Généralités
- Charles Richet fils / L'alimentation dans les colonies, pp. 13-45,
- M. Tanon, Ch. Richet Fils / Le problème de l'eau aux Colonies, pp. 46-59,
- M. Bloch, Ch. Richet Fils / Valeur alimentaire et composition des produits coloniaux, pp; 60-104,
- A. Gauducheau / Alimentation des européens aux Colonies, pp. 105-115.

Deuxième Partie
- Augustin Bernard / L'alimentation des indigènes en Algérie et en Tunisie, pp. 115-125,
- Georges Hardy / L'alimentation des indigènes au Maroc, pp. 125-138,
- Henri Labouret : L'alimentation des indigènes en Afrique Occidentale Française, pp. 139-154,
- François Sorel / L'alimentation des indigènes en AOF, pp. 155-176,
- Docteur Muraz / L'alimentation indigène dans l'Afrique Equatoriale Française, pp. 177-212,
- Mlle Burgard / La Côte Française des Somalis, pp. 213-217.
- M. Thirioux / Madagascar, pp. 217-227,
- M. Bruniquel / Madagascar et la Réunion, pp. 227-244,
- M. Aubert de la Rüe / Possessions française australes, pp; 245-262,
- M- Martinet / Territoires africains sous mandat. Togo et Cameroun, pp. 263291,
- M. Quémener / quelques considérations sur l'Inde française et l'alimentation des indigènes, pp. 292-306,
- J. Vassal / L'alimentation indigène en Indochine, pp. 307-329,
- S. Abbatucci / L'alimentation des Chinois d'Indochine et de la Chine du sud, pp. 330-336,
- M. Ayoub / Les etats du levant, pp. 337-344,
- M. Aubert de la Rüe / Saint Pierre et Miquelon, pp. 345350,
- W. Dufougeré / Alimentation des indigènes de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Guyane, pp. 351-360,
- M. Deflesselle / L'alimentation des indigènes dans les Iles du Pacifique oriental, pp. 361-370,
- Mlle Verdat / Iles du Pacifique occidental. Nouvelle Calédonie et Hébrides, pp. 371380.
Georges Hardy (1884-1972) diplômé de l'Ecole pratique des Hautes Etudes, agrégé d'histoire et de géographie sera d'abord professeur de lycée (à Bourges puis Orléans).
Il débute en 1912 une nouvelle carrière comme inspecteur de l'enseignement en AOF. Il sera promu Directeur de l'enseignement en Afrique Occidentale Française et conservera ce poste jusqu'en 1919, date où il devient Directeur de l'Instruction publique au Maroc (jusqu'en 1925). Il soutient à la Sorbonne en 1921 un doctorat d'histoire coloniale (thèse principale: La mise valeur du Sénégal de 1817 à 1854, thèse complémentaire: L'enseignement au Sénégal de 1817 à 1854.)
Devient directeur de l'Ecole Coloniale en 1926; il y mettra en avant sa conviction en un enseignement différencié en situation coloniale: une élite indigène peu nombreuse formée pour servir l'Administration et un enseignement de base simple et adapté pour l'ensemble de la population améliorant sa vie sans déséquilibres.
Son engagement, ou plutôt sa faible résistance, sous le régime de Pétain lui vaudra d'être révoqué sans pension en 1944, mesure rapportée par le conseil d'Etat en 1949. Georges Hardy se consacrera après la guerre à l'écriture et à des responsabilités politiques locales: Maire de Jaulgonne ou il décède en 1972.
Il laisse un nombre impressionnant de publications se rapportant à la colonisation française.