Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 CROS Michèle, BONHOMME Julien (sous la direction de) - Déjouer la mort en Afrique. Or, orphelins, fantômes, trophées et fétiches

Plus de vues

  •  CROS Michèle, BONHOMME Julien (sous la direction de) - Déjouer la mort en Afrique. Or, orphelins, fantômes, trophées et fétiches

CROS Michèle, BONHOMME Julien (sous la direction dee)

Déjouer la mort en Afrique. Or, orphelins, fantômes, trophées et fétiches

L'Harmattan - Paris - 2008
ISBN: 9782296063181
(Etudes africaines)
169 p. - 21,5 x 13,5 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 16,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X49866 livre neuf, broché 5 à 8 jours
16,00 €
Chez Amazon

 

" Les morts ne sont pas morts. " Dans cet ouvrage, cinq jeunes anthropologues font écho à ce vers célèbre du poète sénégalais Birago Diop à partir de leurs propres recherches ethnographiques au Burkina Faso, au Niger, au Bénin et au Mali. Comment déjouer la mort, en inverser l'inéluctable cours, rendre la vie à ceux qui, tous règnes confondus, furent exposés à ses flèches empoisonnées ? Si l'or est vivant, s'il prend le sang des hommes pour se nourrir, est-il possible de l'extraire, de le " tuer " sans risque ? Tel est le défi relevé par des milliers d'orpailleurs venus chercher fortune dans un nouvel eldorado burkinabé (Quentin Mégret). A quels destins sont promis les jeunes enfants lorsque leurs parents décèdent ? Entre réalité et fiction, des adultes et des enfants donnent à voir les imaginaires multiples de l'orphelin à Zinder au Niger (Elise Guillermet). Comment s'accomplit la métamorphose du " mort pleuré " en " mort célébré " lors des secondes funérailles chez les Lyéla du Burkina Faso ? Ces cérémonies se retrouvent aujourd'hui au coeur de polémiques et d'enjeux inédits (David Péaud). La mise à mort " éthique " des animaux serait-elle au centre de la pratique du safari au Bénin ? Qu'en est-il de ce tourisme cynégétique aux prétentions écologiques ? Que représente cette chasse aux trophées ? (Maxime Michaud). Que deviennent les objets rituels lorsqu'ils se retrouvent exposés dans les musées d'ethnographie africains ? Masques et fétiches semblent hésiter entre la mort et la vie dans les vitrines du musée national du Mali (Julien Bondaz).

Sommaire:
- Michèle Cros / En guise d'introduction. Bander son arc, pp. 9-14, (pays lobi)
- Quentin Mégret / L'or mort ou vif. L'orpaillage en pays lobi burkinabé, pp. 15-42,
- Elise Guillermet / Cendrillon chez les Hausa. Les imaginaires de l'orphelin à Zinder (Niger) entre fiction et réalité, pp. 43-74,
- David Péaud / La mort célébrée. Le vieux Békouli et les fous qui dansent chez les Lyéla du Burkina, pp. 75-102,
- Maxime Michaud / Décentrer la mort. Trophées et safari de chasse au Bénin, pp. 103-128,
- Julien Bondaz / Mort de l'objet et vif du sujet. Des fétiches au Musée national du Mali, pp. 129-158,
- Julien Bonhomme / Postface. Les morts ne sont pas morts, pp. 159-169.
Julien Bondaz, Elise Guillermet, Quentin Mégret, Maxime Michaud et David Péaud sont membres du Centre de Recherche et d'Etudes Anthropologiques (CREA) de l'Université Lumière Lyon-2 au sein duquel ils mènent leurs recherches avec l'aide de Michèle Cros (professeur) et de Julien Bonhomme (maître de conférences, aujourd'hui détaché au musée du quai Branly).
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter