Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 PEROUSE de MONTCLOS Marc-Antoine - Violence et sécurité urbaines en Afrique du Sud et au Nigéria: un essai de privatisation

Plus de vues

  •  PEROUSE de MONTCLOS Marc-Antoine - Violence et sécurité urbaines en Afrique du Sud et au Nigéria: un essai de privatisation

PEROUSE de MONTCLOS Marc-Antoine

Violence et sécurité urbaines en Afrique du Sud et au Nigéria: un essai de privatisation

L'Harmattan - Paris - 1997
ISBN: 9782738452061
(Logiques politiques)
2 volumes de 304 et 480 p. - 22 x 14 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 63,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X65771 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: (Attention bien se faire préciser qu'il s'agit bien de l'ensemble des 2 volumes) 5 à 8 jours
28,68 €
Chez Priceminister
X18461 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: (Attention bien se faire préciser qu'il s'agit bien de l'ensemble des 2 volumes) 5 à 8 jours
54,00 €
Chez Amazon

 La violence urbaine est relativement nouvelle et peu étudiée au sud du Sahara, ne serait-ce qu'à cause d'une urbanisation tardive en grande partie importée par le colonisateur. Les pouvoirs publics commencent à prendre conscience du problème, ainsi qu'en témoignent les conclusions de la conférence d'Habitat II à Istanbul. Les citadins africains, eux, n'ont pas autant attendu pour s'organiser à leur façon. Leur inquiétude se manifeste dans mille détails : ouvrir soi-même avec un poinçon les bouteilles de Coca-Cola servies dans les boîtes de nuit, de peur qu'on y mette du poison ou un somnifère si elles étaient décapsulées au préalable ; se promener dans la rue avec sa montre à quartz bloquée sur la position 0 du chronomètre afin de laisser croire qu'il s'agit d'une fausse et de ne pas se faire arracher le bracelet par des voleurs ; rouler en pleine canicule toutes vitres fermées, les loquets tirés, etc. Les réactions à la violence criminelle ou politique en ville ne sont pas toutes aussi anecdotiques. Tandis que l'appareil sécuritaire de l'Etat durcit sa répression, les lynchages, les protections magiques, les chasses aux sorcières, les chiens de garde, les veilleurs de nuit, les sociétés de surveillance, les patrouilles d'îlotage et diverses milices parfois constituées en véritables armées privées enflamment le paysage urbain et concourent à leur tour à la violence. Le libéralisme triomphant des années 80 et la politique d'ajustement structurel de la Banque mondiale ont par ailleurs imposé à l'Afrique une privatisation de l'économie qui, somme toute, n'a fait que consacrer le recul d'un Etat déliquescent. Dans ce contexte, il ne faut pas s'étonner que la violence des villes empire et s'accompagne d'un recours grandissant aux pratiques d'autodéfence. L'Afrique du Sud et le Nigeria, qui comptent les mégalopoles les plus importantes et les plus turbulentes du sous-continent, sont représentatifs de ces phénomènes. A cet égard, l'ouvrage de Marc-Antoine de Montclos est un précis de violence urbaine qui fourmille de renseignements et contentera les connaisseurs. Aux autres, il ouvrira de nouvelles perspectives. La violence bouleverse en effet les modes de vie citadins et conduit à un grand renfermement urbain. Le cloisonnement en ghetto fait perdre à la ville moderne sa fonction de rencontre sociale et de brassage des populations, compromettant par là même le rôle qu'elle doit jouer dans le développement.

A travers 5 études de cas: trois au Nigeria (Port-Harcourt, Lagos et Kano) et deux en Afrique du Sud (Johanesburg et Durban) montre le peu d'effet de la répression de l'appareil d'Etat comme du développement des milices et gardes privées face à la montée de la violence et de l'insécurité urbaine.
 
Ouvrage issu de la thèse de doctorat d'état en Ssciences politiques préparée par Marc-Antoine Pérouse de Montclos sous la direction de Jean Leca et présentée à l'IEP Paris en 1995 sur le thème: Violence et sécurité urbaines en Afrique du Aud et au Nigeria : Durban, Johannesburg, Kano, Lagos et Port Harcourt
Marc-Antoine Pérouse de Montclos est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris. Il a travaillé deux ans à Port Harcourt pour l'Ambassade de France et enseigne le français au Nigeria (1989-91). Thèse de sciences politiques en poste à l'Université du Natal à Durban, Afrique du Sud (1994). Recruté à l'IRD en 1995 et affecté à Nairobi (Kenya) pour travailler sur les réfugiés en Afrique de l'Est. Actuellement affecté au CEPED et enseigne à l'IEP de Paris
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala