Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
MIANO Léonora (sous la direction de) - Volcaniques: une anthologie du plaisir

Plus de vues

  • MIANO Léonora (sous la direction de) - Volcaniques: une anthologie du plaisir

MIANO Léonora (sous la direction de)

Volcaniques: une anthologie du plaisir

Mémoire d'encrier - Montréal - 2015
ISBN: 9782897122720
220 p. - 21,5 x 14 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 19,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X62383 livre neuf, broché 5 à 8 jours
19,00 €
Chez Amazon

 Douze femmes, auteures du monde noir, évoquent le plaisir féminin. Comment s'écrivent aujourd'hui le corps, la sensualité, la sexualité ? Volcaniques : une anthologie du plaisir est un ensemble riche. Les nouvelles dévoilent des figures féminines et des environnements variés. Les âges de la femme y sont également divers, ce qui est heureux. Certains textes ébranleront par leur puissance poétique et / ou érotique. D'autres séduiront par le ton, le phrasé, l'humour ou par une capacité analytique qui a su ne pas prendre l'ascendant sur la narration. 

Bien des femmes se reconnaîtront dans ces pages, d'où qu'elles soient. Quant aux hommes, ils trouveront peut-être la clé du grand mystère que semble être, pour certains, le plaisir féminin. Léonora Miano
Table des matières:
- Introduction: Assises sur un volcan, pp. 5-8.

- Hemley Boum / Le dealer, pp. 9-24,
- Gisèle Pineau / Un petit feu sans conséquence, pp. 25-42,
- Nafissatou Dia Diouf / Maître ès, pp. 43-62,
- Elisabeth Tchoungui / Diane enchanteresse, pp. 63-80,
- Gaël Octavia / Nez d'aigle, dents d'ivoire, pp. 81-100,
- Gilda Gonfier / Taberi River, pp. 101-120,
- Silex / Dedans et dehors, pp. 121-130,
- Nathalie Etoke / Café noir sans crème, pp. 131-144,
- Marie Dô / Ta bouche sur mon épaule gauche, pp. 145-154,
- Fabienne Kanor / Rayon hommes, pp. 155-166,
- Léonora Miano / Full cleansing / La quête de Kweli, pp. 167-190,
- Axelle Jah Njiké / Païenne, pp. 191-210.

- Notice biographiques, pp. 211-215.
- Léonora Miano est née en 1973 à Douala (Cameroun). En 1991, elle s'est installée en France pour étudier la littérature américaine. Son oeuvre, constituée à ce jour de sept romans, deux recueils de textes courts, un texte théâtral et un recueil de conférences, vise à resituer les peuples subsahariens et afrodescendants dans la globalité de l'expérience humaine. Lui a été attribué le Prix Femina en 2013 pour son roman La saison de l'ombre.

- Née au Cameroun, Hemley Boum est titulaire d'une maîtrise en sciences sociales, option anthropologie, et a étudié le marketing et le commerce international en France. Ayant toujours aspiré à la découverte du monde, elle a vécu dans plusieurs pays d'Afrique et a exploré son pays natal en profondeur, ce qui singulièrement enrichi sa vision de la société camerounaise, prise entre traditions et exploitation internationale. C'est à Paris, où elle est revenue se poser, qu'elle est entrée en écriture. Elle cristallise dans ses romans urbanité, traditions et histoire, dans le quotidien de relations familiales et amicales qui donnent à voir et à penser, de l'intérieur, une Afrique loin des poncifs.

- Écrivaine et chroniqueuse, Nafissatou Dia Diouf est l'une des nouvelles voix de la littérature sénégalaise. Son univers littéraire, ancré dans une Afrique contemporaine vivante et colorée, lui a valu plusieurs distinctions nationales et internationales. La Maison des épices est son premier roman.

- D'origine française et russe par sa mère, guinéenne par son père, Marie Dô est née à Paris. Mère de deux enfants, elle a été danseuse professionnelle en France, au Canada (Les Ballets Jazz de Montréal) et aux États-Unis (Alvin Ailey American Dance Theatre). Son premier roman, Fais danser la poussière (Plon, 2006) a fait l'objet d'un téléfilm sur France 2 en 2010, dont elle a signé le scénario et la chorégraphie. Après un deuxième roman intitulé Qu'importe la lune quand on a les étoiles (Plon, 2007) et un troisième, Dancing Rose (Éditions Anne Carrière, 2013), elle vient d'achever son quatrième roman: Tout nu.
Elle vit à Paris.

- Nathalie Etoke est professeur associé d'études francophones et afrodiasporiques au Connecticut College, aux États-Unis. Ses recherches interdisciplinaires portent sur l'écriture du corps féminin, les études LGBT, la melancholia africana (perte, deuil et survie en Afrique et dans la diaspora), les formes musicales nées de l'expérience africaine en Amérique (spirituals, blues, jazz, hip-hop) et les subjectivités afrodiasporiques.
Elle est l'auteure de deux ouvrages théoriques et de plusieurs articles publiés dans des revues académiques. En 2011, Nathalie Etoke a réalisé un documentaire intitulé Afro Diasporic French Identities. Elle a reçu le Frantz Fanon Book Award 2012 décerné par la Caribbean Philosophical Association pour son ouvrage Melancholia Africana : L'indispensable dépassement de la condition noire (Éditions du Cygne, 2010).

- Gilda Gonfier a publié sa première nouvelle dans Guadeloupe temps incertains (revue Autrement, 2000).
S'ensuivent d'autres écrits, notamment en 2008, la pièce de théâtre Le Cachot et deux courts textes de théâtre parus chez Lansman Editeur. Elle est la lauréate, avec Doumey Durieux, du prix du Conseil général « L ivres jeunesse en Caraïbe » en 2008-2009, pour un album bilingue français-créole : Zandoli mandé maye/L'Anoli amoureux. Elle a aussi réalisé deux fictions radiophoniques: une adaptation de sa pièce Le Cachot et Parlez-moi d'amour, diffusées sur Guadeloupe Première. Bibliothécaire et l'une des premières coordinatrices du Mois du film documentaire en Guadeloupe, elle est aussi présidente de l'association Varan Caraïbe depuis 2006, qui accompagne la réalisation de courts métrages documentaires sur la Guadeloupe d'aujourd'hui.

D'origine camerounaise, Axelle Jah Njiké est née en 1971 et vit à Paris depuis l'enfance. Entrepreneure, elle conçoit et développe des contenus éditoriaux consacrés à la diversité de la parole des femmes dans l'espace public urbain, et à leur parole privée, dans le cadre de l'intimité. Mère d'une fille, elle vit à Paris. « Païenne » est sa première publication.

- Née en France de parents martiniquais, Fabienne Kanor est romancière et réalisatrice de courts métrages et de documentaires. Elle est l'auteure de cinq romans et d'un album pour la jeunesse. Paru chez Lattès en janvier 2014, son dernier roman Faire l'aventure est l'odyssée d'un jeune clandestin sénégalais catapulté dans la forteresse Europe.

Gaël Octavia est née en 1977 à Fort-de-France, en Martinique, et vit depuis une vingtaine d'années à Paris. À travers l'écriture - poésie, nouvelles, théâtre -, elle aborde des problématiques contemporaines universelles telles que les migrants, l'identité, le pouvoir, l'exclusion sociale, la condition féminine, l'enfance, la famille. Ses textes sont parus dans divers ouvrages collectifs et revues littéraires. Ses pièces de théâtre sont lues et mises en espace en France, aux États-Unis et dans la Caraïbe.
Le voyage (Éditions RivartiCollection) et Congre et homard (Lansman Editeur) ont été adaptées pour la scène.

- Gisèle Pineau est née à Paris en 1956 de parents guadeloupéens. Elle a grandi sous l'œil bienveillant de sa grand-mère Man Ya qui lui racontait la Guadeloupe, les contes, les mystères du pays perdu. La figure de la grand-mère, le racisme, l'intolérance et la force des préjugés nourrissent l'œuvre de Gisèle Pineau.
Infirmière en psychiatrie, elle mène parallèlement une carrière d'écrivain, qui lui fait retrouver dit-elle l'équilibre de sa vie. Elle a publié une vingtaine d'ouvrages de fiction : roman, nouvelle et jeunesse, dont La Grande Drive des esprits (Le Serpent à Plumes, 1993), L'Exil selon Julia (Stock, 1996), Chair Piment (Mercure de France, 2002), Cent vies et des poussières (Mercure de France, 2012). Silex (Marie-Laure Endale) pense qu'il n'y a pas à s'excuser pour dire. Et raconte alors, avec des mots vivants, des morceaux de vécus autonomes.
Des histoires d'individus, d'intimités, de luttes, d'identités et de parcours. Elles naissent de l'intérieur ou de la proximité, de l'envie de se représenter soi-même et d'occuper des espaces-temps. À l'oral, le rythme dit à la fois les urgences et la nécessaire tendresse liées à l'acte de se construire.

Elizabeth Tchoungui est franco-camerounaise. Journaliste, documentariste, présentatrice pour TV5Monde, France 24 et le groupe France Télévisions (France 2, France 5, France Ô), productrice sur France Culture, elle est l'auteure de deux romans Je vous souhaite la pluie (Plon, 2006), Bamako climax (Plon, 2010), et d'un recueil d'éditoriaux Billets d'humeur, Auféminin.com (Leo Scheer, 2012).
Elle a également publié en collaboration avec six consoeurs de l'École de journalisme de Lille Sept filles en colère (Les petits matins, 2007).
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala

Newsletter

Newsletter