Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 POIRIER Léon - 24 images à la seconde. Du studio au désert. Journal d'un cinéaste pendant 45 années de voyage à travers les pays, les événements, les idées (1907-1952) (avec sa jaquette)

Plus de vues

  •  POIRIER Léon - 24 images à la seconde. Du studio au désert. Journal d'un cinéaste pendant 45 années de voyage à travers les pays, les événements, les idées (1907-1952) (sans sa jaquette)
  •  POIRIER Léon - 24 images à la seconde. Du studio au désert. Journal d'un cinéaste pendant 45 années de voyage à travers les pays, les événements, les idées (1907-1952) (avec sa jaquette)

POIRIER Léon

24 images à la seconde. Du studio au désert. Journal d'un cinéaste pendant 45 années de voyage à travers les pays, les événements, les idées (1907-1952)

Mame - Paris - 1953
266 p., ill. h.t - 20,5 x 13,5 cm.

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X52010 livres d'occasion, brochés, avec ou sans sa jaquette illustrée, à partir de: 5 à 8 jours
30,00 €
Chez Abebooks

 

 Les mémoires d'un cinéaste français qui consacrera une grande partie de sa carrière à filmer l'Afrique ou en Afrique au temps des colonies et en particulier filmera La Croisière Noire d'André Citroën.

Léon Poirier (1884-1968) est un cinéaste français qui débutera une carrière d'homme de théâtre avant de devenir réalisateur de films chez Gaumont. A partir des années 20 il prend son indépendance et devient une sorte de cinéaste-ethnologue avec "La Croisière Noire" puis "Amours exotiques". Il tournera à Madagascar "Caïn, Aventures des mers exotiques". Il se plongera également dans une biographie du Père de Foucauld et réalisera "L'appel du silence" à partir de l'ouvrage de René Bazin. Ce sera ensuite "Brazza ou l'épopée du Congo et enfin en 1947 une prolongation de son étude de Charles de Foucauld avec "La Route inconnue" et la confrontation des 3 religions monothéistes. La vision d'un Poirier cinéaste colonialiste, et donc sans intérêt, est simpliste et fausse, ce réalisateur disposant de qualités plus fines qui méritent d'être redécouvertes.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala