Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 PERE Madeleine - Le royaume Gan d'Obiré. Introduction à l'histoire et à l'anthropologie. Burkina Faso

Plus de vues

  •  PERE Madeleine - Le royaume Gan d'Obiré. Introduction à l'histoire et à l'anthropologie. Burkina Faso

PERE Madeleine

Le royaume Gan d'Obiré. Introduction à l'histoire et à l'anthropologie. Burkina Faso

Sépia - Saint-Maur - 2004
ISBN: 9782842800796
544 p., 32 p. d'arbre généalogique, plus de 500 fig. - 30 x 21 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 40,60 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X40873 livre neuf, broché 5 à 8 jours
38,57 €
Chez Amazon
X67027 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
29,00 €
Chez Priceminister
" Au départ, en 1985, ce travail se situait dans le cadre d'une histoire des villages dans la province du Poni. Histoire des villages à laquelle j'avais pris goût au cours de mes recherches sur les Lobi, car j'avais trouvé qu'elle expliquait beaucoup de choses sur les difficultés que l'on pouvait rencontrer en matière de développement économique et social. [...] " C'est ainsi qu'un beau jour je suis arrivée dans le département de Loropéni. [...] J'ai commencé par faire l'histoire des soixante
cinq villages lobi, qui s'est effectuée sans problème. J'ai ensuite continué par les trois jula et les trois dogosé, également sans
difficultés autres que les distances et les mauvaises pistes. [...] Je suis partie pour faire l'histoire des huit villages gan, comme celle
de tous les autres, en commençant par Obiré, capitale du royaume. J'ai été très bien reçue et,
outre le roi Dabira, je crois bien que tous les villageois étaient là et que la plupart d'entre eux, sinon tous, n'avaient jamais vu une femme blanche et, qui plus est, une vieille femme !... Du jamais vu ! Et, même si personne ne le disait, chacun se posait la question de savoir : " Est-ce qu'elle ne vient pas du pays des ancêtres ? "... J'ai eu beaucoup de succès ce jour-là ! [...] " De manière à pouvoir situer les villages - même approximativement - dans le temps, afin de voir au moins quels étaient les plus récents, je faisais la généalogie de chaque fondateur. Mais je me suis vite aperçue que tous étaient en rapport avec la royauté. Les uns, pour un cimetière royal, les autres pour un cimetière princier, d'autres encore parce qu'il s'y trouve l'autel de l'une ou l'autre entité spirituelle en rapport avec la royauté... J'ai
donc bien vite compris qu'il fallait changer de stratégie et que, au lieu de partir de la périphérie pour aller vers le centre, il était préférable de partir du centre pour aller vers la périphérie. [...] A partir de là, je me suis trouvé confrontée à cette nécessité - que je n'avais jamais envisagée - de faire d'abord l'histoire des Gan et de leur royauté, pour comprendre ensuite l'histoire de chaque village ". Extraits d'une conférence donnée par Madeleine Père à l'Université de Ouagadougou, le 4 mai 2000

 Magistrale publication sur les Gan du Burkina Faso. Madeleine Pere, religieuse de la Société des Filles du Cœur de Marie, a vécu de 1961 jusqu' à sa mort en 2002, dans le sud-Ouest du Burkina Faso, coopérante dans le secteur sociale puis se consacrant à la recherche ethno-historique, elle publiera une thèse incontournable sur les lobi avant de se consacrer à une population voisine moins connue les Gan de la région d'Obiré

Madeleine Père, née en 1923 entre dans les ordres en 1945 (Société des filles du cœur de Marie). Elle est envoyée en Haute-Volta en 1952 comme infirmière dans une dispensaire de Bobo-Dioulasso; elle y crée ensuite un service social polyvalent. Diplomée d'Etat comme assistante sociale elle prendra la direction du service des Affaires sociales pour l'ensemble du pays à Ouagadougou. En 1961 elle exprime le vœux de regagner la brousse et est nommée à Gaoua au cœur du pays lobi. Elle y crée un service social polyvalent et un service d'animation rurale avec un centre de formation d'animatrices qui deviendra en 1982 l'Ecole nationale du service social. Grâce au contact privilégié qu'elle réussit à établir avec une population réputée difficile , les lobi, elle va sur le long terme construire un travail anthropologique incomparable, réalisant chaque jour les difficultés qu'elle rencontre à faire passer les améliorations qu'elle propose. C'est plus de 20 ans d'enquêtes de terrain qui sont capitalisées dans cette thèse soutenue en mars 1982 à Paris I sous la direction d'Yves Person. Une publication de ce travail sera effectué en 1988 par la maison d'édition Siloê sous le titre Les Lobi. Tradition et changement, ouvrage qui sera bien vite épuisé. Elle consacrera ensuite à nouveau 20 ans de sa vie à l'étude d'une population voisine: les Gan. Elle prendra sa retraite à Gaoua où elle s'est fait construire une maison. Plus tard, se sachant condamnée par la maladie, elle quittera en 2002 l'unité où elle reçoit des soins en France pour retourner à Gaoua dans sa maison et s'éteindre au milieu des siens.