Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 MOLET Louis - La conception malgache du monde, du surnaturel et de l'homme en Imerina

Plus de vues

  •  MOLET Louis - La conception malgache du monde, du surnaturel et de l'homme en Imerina

MOLET Louis

La conception malgache du monde, du surnaturel et de l'homme en Imerina

L'Harmattan - Paris - 1979
ISBN: 9782858020904
(Océan indien, recherches et documents)
2 volumes de 437 et 445 pp. - 16 x 24 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 63,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X38091 livres neuf et d'occasion, 2 volumes brochés, à partir de: 5 à 8 jours
54,64 €
Chez Abebooks

 L'ouvrage expose La conception malgache du monde, du surnaturel et de l'homme en Imerina et comprend deux tomes. Le premier volume a traité du monde naturel : espace, temps, éléments fondamentaux, règnes de la nature ; du monde surnaturel, du sacré : personnages, roi, clergé, lieux, puis moyens d'action sur les puissances surnaturelles, et se termine en présentant la religion mérina et les questions qu'elle pose. Ce second volume traite de l'homme du point de vue malgache et plus précisément mérina. Passant en revue les grandes étapes de la vie humaine, conception, naissance, mariage, santé et maladie, enfin la mort, l'auteur soulève les principaux points en discussion. Son étude sur la circoncision, par laquelle les hommes mettent au monde leurs fils par le moyen d'un rituel inverse de celui de l'accouchement, permet d'expliquer tous les points jusqu'alors obscurs de cette cérémonie. Son étude sur le mariage élucide également des questions controversées comme le mariage préférentiel de cousins parallèles patrilatéraux ou celle des " zaza ampi- mihira ". Son étude sur la santé l'amène à expliquer moins les troubles physiques que ceux de la personnalité, ses anomalies, ses altérations, les drogues ou la mort psychogène rapide. A propos des thérapies traditionnelles, il montre l'action bénéfique de certains mouvements de réveils religieux. Le chapitre sur la mort s'ouvre sur le décès, le deuil, puis explique et interprète les fameuses exhumations rituelles, les " famadihana " et les controverses qu'elles suscitent. La dernière partie traite de l'âme en rapport avec les coutumes funéraires, disparues et oubliées, ou modernes et actuelles, ce qui permet une clarification définitive du riche vocabulaire concernant cette notion complexe. Le christianisme ayant exercé une longue et profonde action sur la société mérina, son influence est alors examinée sans que ce soit un point final pour cette civilisation en cours de mutation philosophique. Bibliographie, tables et index, regroupés à la fin de ce volume font de l'ouvrage un précieux outil de travail pour les spécialistes. Ces deux volumes s'adressent à ceux qui s'intéressent à Madagascar et aux Malgaches, mais aussi à tous ceux qui sont concernés par l'Histoire des Religions, la Sociologie, l'Ethnologie et l'Anthropologie au sens large, car les problèmes abordés et traités débordent largement la population de la Grande Ile et ont une indéniable portée épistémologique.

Un ouvrage fondamental sur l'Imerina et ses habitants issu de la thèse de doctorat préparée par Louis Molet.
 
Lire la note de lecture écrite par J. Dez et publiée dans le Journal des africanistes  Année 1981  Volume 51  Numéro 1  pp. 327-331
Louis Molet (1915-1992) fera des études de théologie protestante et sera pasteur en 1941. Il exercera à Madagascar jusqu'en 1949, passe un brevet de langue malgache, le diplôme de Langues O' (1949), un doctorat d' Etat ès lettres (Sorbonne 1955) et un doctorat d'Etat de la faculté de théologie protestante de Strasbourg (1978). Il commence une carrière de chercheur en 1950, d'abord à Madagascar, puis en Centrafrique (chef du centre ORSTOM en 1958) puis à Tahiti; De 1964 à 1967 il enseigne au Canada puis sera recteur de l'université libre de Kisangani (RD Congo) avant de revenir à Paris directeur de recherches à l'ORSTOM à partir de 1970 puis chargé de cours (histoire des religions) à la faculté de Théologie protestante de Paris. Il est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de la Grande Île.