Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 SOYINKA Wole - Une saison d'anomie

Plus de vues

  •  SOYINKA Wole - Une saison d'anomie

SOYINKA Wole

Une saison d'anomie

Pierre Belfond - Paris - 1987
ISBN: 9782714419996
(Littérature étrangère)
327 p., traduit de l'anglais (Nigeria) par Etienne Galle - 14,5 x 23,5 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X71474 livres d'occasion, brochés, état et prix divers. A partir de: 5 à 8 jours
5,13 €
Chez Priceminister
X71473 livres d'occasion, brochés, état et prix divers. A partir de: 5 à 8 jours
3,49 €
Chez Amazon

 L'anomie, c'est l'anarchie, le chaos où un Etat devenu fou peut entraîner une société. Inspiré par les massacres et les horreurs du Biafra à la fin des années 60, ce roman se veut d'abord une dénonciation de la violence, de l'injustice, du cynisme des puissants. Mais cet Ofeyi parti à la recherche de sa fiancée enlevée, et qui traverse les cercles de la misère, de la corruption, du mal, est aussi un double d'Orphée, le protagoniste mythique, éternel, d'une descente aux Enfers - ou d'une saison en enfer. Grand écrivain nigérian, Wole Soyinka a obtenu le prix Nobel de littérature en 1986.

 Inspiré par les massacres et les horreurs du Biafra à la fin des années 60, ce roman se veut d'abord une dénonciation de la violence, de l'injustice, du cynisme des puissants.

Wole Soyinka est né en 1934 à Abéokuta en pays yoruba au Nigeria. Professeur de littérature, il a successivement enseigné au Nigeria, au Ghana, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis tout en écrivant tragédies et comédies, poèmes, romans et textes autobiographiques. Wole Soyinka, prix Nobel de Littérature en 1986, est devenu président du Parlement international des écrivains en 1997. Il vit aux Etats-Unis jusqu'à l'élection de Donald Trump à la suite de laquelle il déchire sa carte verte et décide de quitter ce pays pour se réinstaller au Nigeria.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala