Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 RENAITOUR Jean-Michel - Le rendez-vous d'Afrique

Plus de vues

  •  RENAITOUR Jean-Michel - Le rendez-vous d'Afrique

RENAITOUR Jean-Michel

Le rendez-vous d'Afrique

Editions du Scorpion - Paris - 1957
189 p., Illustrations de F. Fabiano - 19 x 12 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X8335 livres d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
9,60 €
Chez Abebooks

 

 A la suite d'un drame sentimental (suicide de sa fiancée) Lucien, jeune conservateur des Eaux et Forêts décide de s'expatrier; il est nommé en Guinée à Youkounkoun…Il y acherera Bamba, gamine peule impubère, pour éviter que son père ne la vende à un autre, puis deux autres fillettes pour les sauver se dit-il.... Après avoir finalement sombré dans le stupre de la polygamie, Lucien rentre en congés en France et revient marié à la sœur de son ancienne fiancée…qui l'a épousé à la hâte pour camoufler une grossesse indésirée due à la tendresse de son parrain (ah ! la vie de province….). Le retour du couple à Youkounkoun déclenche la révolte des indigènes choqués de l'affront ainsi fait aux épouses noires de Lucien. La jeune épouse fuit, se perd en brousse et y périt mangée par les bêtes; Lucien, sauvé par ses lunettes de myope n'en sombre pas moins progressivement dans la folie…

Au total et selon Soumbala:  bien pauvre pour ce qui concerne la description de la Guinée et assez débile pour la trame romanesque. Les illustrations sont peu dégrossies mais amusantes. Bon exemple de mauvaise littérature coloniale décalée par rapport à son époque (fait penser plutôt à des ouvrages datés 1930)
De son vrai nom Jean-Michel Tournaire (1896-1986), l'auteur est un écrivain et homme politique de gauche français. Pendant la période de l'occupation allemande il fréquente le milieu de la collaboration et dirige le théâtre Edouard VII. Ecrivain prolixe, plusieurs dizaines d'ouvrages, il reçoit en 1923 le Grand prix national de littérature et en 1952 le grand prix de l'Académie française.