Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 DIAGNE Khady Fall - Le marronnage comme essai d'esthétique littéraire négro-africaine contemporaine. Senghor et Césaire ou la langue décolonisée

Plus de vues

  •  DIAGNE Khady Fall - Le marronnage comme essai d'esthétique littéraire négro-africaine contemporaine. Senghor et Césaire ou la langue décolonisée

DIAGNE Khady Fall

Le marronnage comme essai d'esthétique littéraire négro-africaine contemporaine. Senghor et Césaire ou la langue décolonisée

L'Harmattan - Paris - 2018
ISBN: 9782343125213
(Critiques littéraires)
296 p. - 15,5 x 24 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 31,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X69012 livre neuf, broché 5 à 8 jours
31,00 €
Chez Amazon

 Partant de la pratique factuelle du marronnage comme phénomène historique lié à l'esclavage, l'auteur a amorcé une réflexion, pour en étudier les traces d'insoumission, de subversion et de déviance, ainsi que leur transposition esthétique vers l'objet littéraire. La dimension innovante de ce travail a porté sur l'élargissement de ce thème du marronnage aux périodes coloniale et postcoloniale. En effet, que ce soit dans le cas du transbordement ou sous la période coloniale, l'auteur développe l'hypothèse selon laquelle la pratique du marronnage symbolise uniformément cette posture de réponse à la négation par la négation, par la reconfiguration d'une identité hors des frontières idéologiques du colonisateur, par le rejet des valeurs négatives du dominateur. 

Ainsi transposée dans le domaine de la création littéraire, l'acception élargie du concept de "marronnage" permet une réflexion novatrice sur l'existence d'une forme de marronnage intellectuel comme fondement d'une esthétique négro-africaine, à travers le combat des précurseurs de la Négritude, Senghor et Césaire. Ne peut-on pas déceler dans leur projet de décolonisation de la langue les points d'ancrage d'une écriture du marronnage, pour peu que l'on considère toutes les postures développées pour s'extirper du rapport de force idéologique, mais aussi toutes les stratégies destinées à combler le vide d'un discours qui s'acharne à imposer comme réalité l'absence et l'effacement de la culture du faible, à reconstituer la trace d'une insoumission, d'un désir de liberté sans compromission dans cette littérature négro-africaine, qu'elle soit africaine ou antillaise ?

 Ouvrage faisant suite à la thèse de doctorat en langues et littératures préparée par Khady Fall Diagne sous la directiion de Stéphane Hirschi et soutenue à Valenciennes en 2014 sur le thème : Le marronnage de l'exil : essai d'une esthétique négro-africaine contemporaine : des précurseurs francophones à Alain Mabanckou et Fatou Diome

Khady Fall Diagne a obtenu à l'université de Valenciennes en 2014 le titre de docteur ès Lettres, langue et littératures françaises, spécialiste des littératures francophones contemporaines d'Afrique subsaharienne et des Caraïbes. Elle enseigne depuis 2000 les Lettres en classes de lycées et du supérieur (BTS). Depuis 2003, elle est formatrice pédagogique à mission de conseillère pédagogique auprès de l'IUFM, puis de l'AEFE. Elle a participé à la publication d'un ouvrage didactique collectif intitulé Pratiques d'écriture en BTS, publié chez Scéren. Depuis 2008, elle est conceptrice et directrice du festival international du livre et des arts francophones (FILAF).