Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 MAMANI Abdoulaye, PENEL Jean-Dominique (présenté par) - Idriss Alaoma, le caïman noir du Tchad suivi de La passion de Babemba suivi de Néo-Africanthropus

Plus de vues

  •  MAMANI Abdoulaye, PENEL Jean-Dominique (présenté par) - Idriss Alaoma, le caïman noir du Tchad suivi de La passion de Babemba suivi de Néo-Africanthropus

MAMANI Abdoulaye, PENEL Jean-Dominique (présenté par)

Idriss Alaoma, le caïman noir du Tchad suivi de La passion de Babemba suivi de Néo-Africanthropus

L'Harmattan - Paris - 2014
ISBN: 9782343023847
(Ecrire l'Afrique)

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 15,50 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X61878 livre neuf, broché 5 à 8 jours
15,50 €
Chez Amazon

 Abdoulaye Mamani est mort accidentellement, à l'âge de 59 ans, en juin 1993 ; voici donc vingt ans. En dehors de ces écrits politiques (dispersés çà et là, mais jamais regroupés), il est essentiellement connu pour son roman Sarraounia (1980). Ces autres oeuvres, pourtant fort belles, ont moins de notoriété : poésies (Poémérides, 1972 ; Oeuvres poétiques, 1993), pièces de théâtre (Le balai, 1973) et nouvelle (Une nuit au Ténéré, 1987). 

En réalité, ces textes sont loin de représenter la production littéraire réelle de l'auteur : cinq romans, deux nouvelles, des essais, des poèmes restent à ce jour inédits. Autant dire que la partie non publiée est bien plus volumineuse que la partie éditée à ce jour. En outre, les textes qu'il a pu éditer dans des journaux en Algérie, lors de son exil dans ce pays, restent inconnus. Il importe donc de sortir de l'oubli cette oeuvre. 
C'est dans cette intention que le présent ouvrage entreprend de faire connaître trois textes : un exposé historique sur le plus grand souverain du Kanem Bornou, Idriss Alaoma, qui vécut au XVIe siècle ; une épopée, Babemba, qui retrace la manière dont ce chef sénoufo s'opposa jusqu'à la mort aux troupes françaises, à Sikasso, en 1898 ; enfin Neo-Africanthropus, poème dans la veine politique de l'auteur, qui expose ses idéaux sur l'Afrique, tels qu'on pouvait l'imaginer et l'espérer dans les premières décennies après les Indépendances, à l'époque du socialisme africain. 
Ces trois textes font découvrir de nouveaux aspects d'Abdoulaye Mamani : en effet, si Sarraounia aborde l'histoire, c'est par le biais de la fiction romanesque, alors qu'Idriss Alaoma se présente comme un petit essai pour vulgariser un personnage historique à l'intention du grand public ; si Abdoulaye Mamani poétisait depuis sa jeunesse, jamais il n'avait créé une longue épopée (de près de mille vers), à la manière de la tradition, comme dans Babemba, ni même un développement semblable à Neo-Africanthropus. 
Voilà pourquoi, le lecteur, qui a fréquenté les premiers ouvrages d'Abdoulaye Mamani, est assuré, en parcourant cette publication, de le voir apparaître sous un jour nouveau et complémentaire - en attendant que la partie immergée de son oeuvre ne fasse surface par la suite.

 Recueil de trois textes inédits: un exposé historique sur le plus grand souverain du Kanem Bornou, Idriss Alaoma ; Babemba, une épopée qui retrace la manière dont ce chef sénoufo s'opposa aux troupes françaises, à Sikasso, en 1898 ; enfin Neo-Africanthropus, poème qui expose les idéaux de l'auteur sur l'Afrique.

Abdoulaye Mamani (1932-1993) est un écrivain nigérien, poète et dramaturge, né à Zinder. Il sera député de sa ville natale pour le parti Sawaba en 1956. Il s'exilera à l'arrivée au pouvoir d'Hamani Dori et ne rentrera au Niger qu'en 1974… pour être emprisonné par Seyni Kountché qui lui prête des idées extrêmistes. Il sera libéré en 1980 et meurt dans un acident de voiture entre Zinder et Niamey en allant recevoir le prix Boubou Hama.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala