Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 CAMARA Laye - L'enfant noir

Plus de vues

  •  CAMARA Laye - L'enfant noir

CAMARA Laye

L'enfant noir

Plon - Paris - 2006
ISBN: 9782259204316
256 p., préface d'Alain Mabanckou - 12 x 18,5 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 18,50 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X48618 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
2,67 €
Chez Amazon

 Lire L'Enfant noir c'est emprunter les sentes de l'initiation, c'est décrypter les codes d'une société, de tout un peuple. On en sort ébloui, surpris d'être entré dans un univers de personnages humbles, dépositaires d'une culture de la courtoisie, de l'échange et de la dignité... Si dans L'Enfant noir l'écrivain guinéen s'imaginait ne penser qu'à lui, tracer les contours de sa " Haute-Guinée natale ", c'est pourtant un chant universel qui en est sorti. [...] Seul en Europe, détaché de sa famille, il se consolait avec les mots. Et le soir, la main tremblante, le cœur serré par la nostalgie, il devait retrouver sa terre natale, la clameur des forgerons provenant de l'atelier de son père, la voix rassurante d'un de ses oncles. Il retrouvait aussi ses camarades de jeu, ceux avec lesquels il passa la dure épreuve de la circoncision telle que décrite dans son récit. Il y avait l'Amour, sujet plus que tabou, avec la silhouette de sa bien-aimée Marie : " Mon oncle nous laissait son phono et ses disques, et Marie et moi dansions. Nous dansions avec infiniment de retenue, mais il va de soi : ce n'est pas la coutume chez nous de s'enlacer ; on danse face à face, sans se toucher ; tout au plus se donne-t-on la main, et pas toujours. Dois-je ajouter que rien ne convenait mieux à notre timidité ? " Alain Mabanckou.

Ouvrage largement autobiographie considéré comme " l'un des textes fondateurs de la littérature africaine contemporaine".

Prix Charles Veillon 1954. L'ouvrage est édité la première fois en 1953

 

Écrivain guinéen, Camara Laye (1928-1980) est né à Kouroussa, un village de Haute-Guinée, le 1er janvier 1928. Après des études à l'école française, il part à Conakry, la capitale, poursuivre sa scolarité. Titulaire d'un C.A.P. de mécanicien, il part en France, travaille chez Simca puis à la RATP, suit des cour du soir au CNAM pour devenir ingénieur. C'est alors que Camara Laye, qui traverse une période de désarroi, publie L'enfant noir, son premier roman, en 1953 et, un an plus tard, Le regard du roi. En 1956, à l'époque où la Guinée s'apprête à devenir indépendante, il retourne à Conakry et, jusqu'en 1963, occupe des fonctions importantes (ambassadeur au Ghana, ministère de l'Information) avant de s'exiler définitivement au Sénégal devant la dérive dictatoriale du régime de Sékou Touré qu'il dénoncera en 1966 dans Dramouss, son dernier roman. Également auteur du Maître de la parole, un recueil de contes griots qui retracent la genèse du Mali, Camara Laye est mort à Dakar, le 4 février 1980.