Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 DIEDHIOU Lamine - Riz, symboles et développement chez les Diolas de Basse-Casamance

Plus de vues

  •  DIEDHIOU Lamine - Riz, symboles et développement chez les Diolas de Basse-Casamance

DIEDHIOU Lamine

Riz, symboles et développement chez les Diolas de Basse-Casamance

Presses Universitaires de Laval - Québec - 2005
ISBN: 9782763781808
339 p. - 15,1 x 22,8 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 35,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X45164 livre neuf, broché 5 à 8 jours
35,00 €
Chez PUL

 Voici une des rares études empiriques qui montre l’influence des mentalités sur la dynamique des projets de développement en Afrique. L’auteur de ce livre répond aux questions qui hantent les esprits ces dernières années : la crise des systèmes africains est-elle le résultat d’un ordre économique international inégalitaire ou simplement le produit des mentalités africaines ? Est-ce vrai que celles-ci sont peu adaptées aux règles de fonctionnement de l’économie capitaliste mondiale ? 

 
Une minutieuse enquête de terrain chez les riziculteurs diolas de Basse-Casamance (sud du Sénégal) a conduit l’auteur à valider des hypothèses tenaces qui prouvent, faits à l’appui, que la crise africaine est née aussi des mentalités et que c’est dans les mentalités également qu’il faut en chercher les solutions à long terme. Toutefois, souligne-t-il, ces mentalités ne sont ni sui generis ni auto-instituantes, mais découlent directement d’une distorsion de valeurs née du contact avec les cultures exogènes. L’auteur montre que les Africains dominés se défendent contre cette distorsion et l’insécurité qu’elle occasionne en manipulant leurs propres systèmes symboliques comme une armée de résistance.
Lamine Diédhiou est Ph.D. en sociologie et fut professeur de philosophie. Il poursuit ses recherches au Canada sur la "Révolution tranquille" québécoise et les enseignements que les sociétés africaines peuvent en tirer en vue de leur émancipation économique.