Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 OULD CHEIKH Abdel Wedoud (éditeur) - État et société en Mauritanie. Cinquante ans après l’Indépendance

Plus de vues

  •  OULD CHEIKH Abdel Wedoud (éditeur) - État et société en Mauritanie. Cinquante ans après l’Indépendance

OULD CHEIKH Abdel Wedoud (éditeur)

État et société en Mauritanie. Cinquante ans après l’Indépendance

Karthala - IFM - Paris - Nouakchott - 2014
ISBN: 9782811113179
(Hommes et sociétés)
374 p., 8 pages de photos couleur - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 28,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X62093 livres neuf et d'occasion, brochés, à partir de: 5 à 8 jours
15,40 €
Chez AmazonChez Priceminister

 Le cinquantenaire des indépendances des anciennes colonies françaises d’Afrique subsaharienne, acquises pour la plupart en 1960, offrait l’occasion d’un bilan et d’une réflexion sur le devenir de ces formations politiques où l’héritage étatique postcolonial semblait généralement tenir davantage d’une greffe plus ou moins réussie que du développement d’une tradition de centralisation politique locale. Pour l’essentiel, cet ouvrage reprend des contributions présentées lors d’un colloque tenu à Nouakchott en novembre 2010 à l’occasion des cinquante ans d’indépendance de la Mauritanie (28 novembre 1960).

 
L’introduction aborde la question des rapports entre histoire et mémoire dans le contexte d’une appropriation limitée, sinon marginale, de la mémoire étatique de la Mauritanie, fortement concurrencée par des identités de proximité à base « ethnique » et « tribale ». Elle propose des jalons pour l’écriture de cette histoire « commune » en même temps qu’un examen des fondements culturels et sociaux des formes particulières d’autoritarisme – « sultanisme » et « pluralisme monolithique » – que prend une administration des affaires publiques largement soumise aux effets du clientélisme et de la corruption.
 
L’ouvrage propose également des développements substantiels sur le thème de la « tribu » et de « l’ethnie » dans leurs rapports à l’État, à la fois dans le contexte mauritanien et d’un point de vue plus général. Il brosse, par touches croisées et bien documentées, un tableau des évolutions qu’a connues la société mauritanienne depuis l’indépendance, qu’il s’agisse de la situation socio-linguistique ; des progrès de la culture de soi et des nouvelles formes d’appropriation des corps et des esprits (en particulier parmi les femmes) ; des transformations des environnements urbains, tout spécialement de celui de la capitale, Nouakchott, à la croissance phénoménale ; ou des ouvertures sur les mondes extérieurs à travers la fonction d’espace de transit pour les migrants en partance vers d’improbables ailleurs.

 Pour l’essentiel, cet ouvrage reprend des contributions présentées lors d’un colloque tenu à Nouakchott en novembre 2010 à l’occasion des cinquante ans d’indépendance de la Mauritanie (28 novembre 1960).

Abdel Wedoud Ould Cheikh est professeur émérite des universités. Après des études de philosophie, d’anthropologie et de sociologie à la Sorbonne (Doctorat de sociologie en 1985 à l’université Paris V, HDR d’anthropologie à l’EHESS en 1999), il a travaillé comme chercheur à l’Institut Mauritanien de Recherche Scientifique (1978-1987) qu’il a dirigé de 1987 à 1989. Il a ensuite enseigné dans les universités de Nouakchott (1990- 2002), de Strasbourg (2002-2004) et de Lorraine (2004-2011). Ses travaux et publications portent essentiellement sur l’organisation tribale dans l’espace saharien, sur l’islam confrérique ouest-africain, sur l’anthropologie historique et politique des mondes arabes et africains.