Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 MANCHUELLE François - Les diasporas des travailleurs soninké (1848-1960). Migrants volontaires

Plus de vues

  •  MANCHUELLE François - Les diasporas des travailleurs soninké (1848-1960). Migrants volontaires

MANCHUELLE François

Les diasporas des travailleurs soninké (1848-1960). Migrants volontaires

Karthala - Paris - 2004
ISBN: 9782845865358
(Hommes et sociétés)
350 p., traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Raphaëlle Masseaut - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 26,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X71041 livre d'occasion, broché 5 à 8 jours
26,00 €
Chez Abebooks
X41517 livre neuf, broché (ou version Ebook 21,0 €) 5 à 8 jours
26,00 €
Chez Karthala

 L'image classique que l'on se fait de la migration des travailleurs africains de l'Afrique de l'Ouest vers la France est celle d'une migration aux raisons économiques liée à la pauvreté des populations des régions d'origine. Une explication à caractère ethniciste se superpose d'ailleurs à cette conception des choses puisque l'essentiel de ces migrants sont d'origine soninké et proviennent d'une région qui couvre à la fois la Mauritanie, le Sénégal et le Mali. Dans cet ouvrage, aux conclusions révolutionnaires, François Manchuelle revient sur ce lieu commun. Il nous rappelle d'abord que les Soninké ont une longue tradition de migration précoloniale ; ils sont les premiers juula, commerçants itinérants. Ils profitent ensuite, dès la fin du XIXe siècle, des opportunités coloniales : ils parcourent la Sénégambie pour aller cultiver l'arachide, la Côte-d'Ivoire, le Cameroun et jusqu'aux régions du Congo pour travailler et commercer. La marine marchande les emploie massivement également à cette époque. Certes ce sont d'abord les nobles qui migrent car ils cherchent ainsi à renforcer leur statut social. Mais ultérieurement les anciens esclaves migrent à leur tour et réussissent aussi à s'insérer dans ces circuits. Migration commerciale saisonnière, accumulation d'esclaves et emplois rémunérés sur les fleuves et 1a mer apparaissent ainsi comme étroitement liés. L'auteur remet ainsi en cause l'idée selon laquelle la coercition coloniale serait au fondement des migrations de travail. Les migrants ne proviennent pas forcément de régions pauvres et ce ne sont pas les plus démunis qui migrent. L'historien montre qu'il faut adopter une perspective historique de longue durée si l'on veut saisir les véritables dynamiques internes de ces migrations. Il remet en cause le recours à des déterminismes économiques et sociologiques sommaires. Cet ouvrage vise à considérer les migrants comme des acteurs de leur propre histoire et non comme des victimes déracinées d'un sous-développement d'origine coloniale.

Une remise en cause de l'imagerie classique concernant l'immigration subsaharienne, basée sur des causes économiques liées à la pauvreté des populations des régions d'origine. Dans une perspective historique et sur la longue durée les véritables dynamiques internes de ces migrations apparaissent bien différentes et amènent à considérer les migrants beaucoup plus comme des acteurs volontaristes de leur propre histoire que comme des victimes déracinées d'un sous-développement d'origine coloniale.

Sommaire:
- Martin A. Klein / Avant-Propos,
- James L.A. Webb Jr / Préface,
- Introduction.

- La société Soninké et la migration : le XIXe siècle
- De la migration traditionnelle à la migration moderne: 1822-1855,
- L'impôt et l'économie Soninké: 1855-1885,
- Une période de conflits: 1880-1894,
- Les réseaux des migrants Soninké et le changement social: 1895-1914,
- Mythes et réalités de la migration coloniale: 1914-1930,
- Le passage à la migration urbaine: années 1930-1960.

- Conclusion,
- Bibliographie sélective des travaux de François Manchuelle,
- Bibliographie.
Docteur en histoire de l'Université Santa Barbara de Californie, François Manchuelle a successivement enseigné à l'Université de Géorgie du Sud et à Bowdoin College. Il a été enfin directeur adjoint du département d'études " Africana " et de l'Institut afro-américain de l'Université de New York. Il a également été le responsable du lancement de la revue Black Renaissance/Renaissance noire dont il fut le premier rédacteur en chef. François Manchuelle est tragiquement décédé le 17 juillet 1996 dans l'explosion du vol TWA 800 au large de Long Island aux Etats-Unis.
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala