Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 DIOUF Mamadou, (sous la direction de) - L'historiographie indienne en débat. Colonialisme, nationalisme et sociétés postcoloniales

Plus de vues

  •  DIOUF Mamadou, (sous la direction de) - L'historiographie indienne en débat. Colonialisme, nationalisme et sociétés postcoloniales

DIOUF Mamadou, (sous la direction de)

L'historiographie indienne en débat. Colonialisme, nationalisme et sociétés postcoloniales

Karthala - Sephis - Paris - Amsterdam - 1999
ISBN: 9782865379156
(Histoires des Sud)
492 p. - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 30,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X22490 livre neuf, broché 5 à 8 jours
30,00 €
Chez Amazon

Ce recueil vise à porter à la connaissance de lecteurs francophones, notamment africains, le riche patrimoine des historiens indiens regroupés depuis vingt ans au sein du Groupe d'étude sur les subalternes dont la revue Subaltern Studies a connu neuf livraisons depuis 1981. L'expression de subalterne (ou subordonné) est empruntée à Antonio Gramsci et renvoie aussi bien à la notion de pouvoir aux plans idéologiques et culturels qu'à la paysannerie. L'historien sénégalais Mamadou Diouf, responsable du choix des contributions, explique longuement dans son introduction le sens et les évolutions de ces recherches qui veulent mettre en lumière l'autonomie de la conscience subalterne en produisant une historiographie libérée de la volonté des élites nationaliste et coloniale. Il s'agit de déchirer les voiles du pouvoir qui ont enseveli les résistances paysannes sous la rhétorique de la codification coloniale. Cette démarche est complétée par le recours à la poésie, à la peinture, à la littérature, aux arts et au cinéma. Une seule grande question traverse la dizaine de textes de ces historiens indiens : quels sont les modèles historiographiques dont disposent les pays nouvellement indépendants ? (" Qui parle au nom du passé indien ? Les subalternes peuvent-ils s'exprimer ? "). Ces réflexions sur l'écriture de l'histoire en situations post-coloniales sont complétées par des études de fragments, autrement dit des études de cas, notamment sur les affrontements entre hindous et musulmans ou sur les femmes dans la nation. Cette sortie de la " bibliothèque coloniale " concerne directement l'historiographie africaine. Le caractère totalement inédit de ces travaux et la perspective comparatiste qu'ils soulèvent devraient concerner tous ceux qui s'interrogent sur le passé mais aussi l'avenir des nations africaines.

La voix d'historiens indiens regroupés depuis 20 ans au sein du Groupe d'étude sur les subalternes. Quels sont les modèles historiographiques dont disposent les pays nouvellement indépendants ,: Qui parle au nom du passé indien ? Les subalternes peuvent-ils s'exprimer ? Une reflexion sur l'écriture de l'histoire en situations postcoloniales riche d'enseignement pour les lecteurs africains qui souhaitent sortir de la "bibliothèque coloniale"

Sommaire:
- Mamadou Diouf / Introduction: Entre Afrique et Inde : sur les questions coloniales et nationales. Ecritures de l'histoire et recherches historiques

Première partie: Ecrire l'histoire en situations postcoloniales
- Gyan Prakash / Peut-on écrire des histoires postorientalistes du Tiers monde ? Perspectives de l'historiographie indienne, pp. 37-72,
- Dipesh Chakrabarty / Postcolonialité et artifice de l'histoire : qui parle au nom du passé " indien " ?, pp. 73-108,
- Partha Chatterjee / Réappropriation du passé : esquisse d'une généalogie de l'historiographie moderne au Bengale, pp. 109-164,
- Gayatri Chakravorty Spivak / Les subalternes peuvent-ils s'exprimer ?, pp. 165-230,
- Veena Das / Le subalterne comme perspective, pp. 231-250.

Deuxième partie: Etudier les fragments
- Gyanendra Pandey / Pour la défense du fragment : réflexion sur les affrontements entre hindous et musulmans dans l'Inde actuelle, pp. 251-288,
- Shahid Amin / Ghandi déifié : le cas du district de Gorakhpur, à l'est des Provinces unies (1921-1922), pp. 289-354,
- Partha Chatterjee / La nation et ses femmes, pp. 355-378,
- Gyanendra Pandey / La prose de l'altérité, pp. 379-418.

Troisième partie: Contrepoints
- Nira Wickramasinghe / L'histoire en dehors de la nation, pp. 419-432,
- Frederick Cooper / Divergences et convergences : vers une relecture de l'histoire coloniale africaine, pp. 433-482.

- Glossaire
- Les auteurs.
Mamadou Diouf est historien. Il sera enseignant chercheur à l'Université Cheikh Anta Diop et dirigera le département recherche du CODESRIA avant de s'installer aux Etats-Unis où il dirige depuis 2007 l'Institut d'Etudes Africaines de l'Université Columbia de New York.