Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 DUTROULAU A. F. - Traité des maladies des Européens dans les pays chauds

Plus de vues

  •  DUTROULAU A. F. - Traité des maladies des Européens dans les pays chauds

DUTROULAU A. F.

Traité des maladies des Européens dans les pays chauds

J.-B. Baillière et fils - Paris - 1861
V - 607 p.

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X69101 livres d'occasion, état, reliure et prix divers. A partir de: 5 à 8 jours
128,57 €
Chez Abebooks

 L’auteur, premier médecin en chef de la Marine, officier de la légion d’honneur, s’intéresse tout d’abord aux climats des différentes régions tropicales française: Sénégal, Guyane, Antilles, Cochinchine, Mayotte, Réunion, Tahiti, La Nouvelle-Calédonie...

Par la suite, il se penche sur les maladies endémiques, ou générales et leurs évolutions en fonction des climats. 
Les “Maladies des indigènes” font l’objet d’une attention toute particulière. Elles sont décrites, analysées scientifiquement et socialement en profondeur. Tel est le cas, par exemple, pour la “Lèpre ou éléphantiasis des Grecs” à la page 156, la “Cachexie africaine” (page 160) ou le Béribéri (page 162). 
 
Les descriptions, détaillées et franches sont terrifiantes: “L’apparition du béribéri est presque toujours brusque; lorsque le malade se présente, il est déjà déclaré. Si l’on examine alors les extrémités supérieures et inférieures, on y constate un commencement d’oedème. Ce signe est le premier de la maladie; puis l’anasarque remonte des jambes au bassin, des mains aux épaules, s’étend de proche en proche et envahit bientôt tout le corps. Le scrotum et les grandes lèvres acquièrent un volume énorme? Les parois de la poitrine se distendent, et la face participe à cette tuméfaction générale”. 
 
Dans la seconde grande partie de son ouvrage, l’auteur revient en détails sur chaque maladie indigène, en précisant ses modes de transmission, ses symptômes, les facteurs aggravants, les remèdes et dressant un petit historique et relevé statistique concernant le mal étudié. Il se penche particulièrement sur la “Fièvre paludéenne”, la “Dysenterie”, le “Choléra”...
Quelques tableaux fournissent des données chiffrées sur les maladies, sur les températures et sur la météorologie.

 2eme édition augmentée à 679 p. en 1868

Né à Brest en 1808, Dutroulau entra dans le corps des chirurgiens de la marine en 1827, fut placé à l'hôpital de Brest, attaché au service des cholériques en 1832 et 1833. Chirurgien de 2e classe en 1833, il fit plusieurs campagnes sur les côtes occidentales de l'Afrique, de l'Espagne, sur celles du Mexique, aux Antilles, et le 1er fév. 1839, fut placé en résidence à Fort-de-France de la Martinique, où il eut à lutter contre l'épidémie de fièvre jaune