Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
Ernest Psichari - Le voyage du centurion. Les voix qui crient dans le désert . Edition de 1994

Plus de vues

  • Ernest Psichari - Le voyage du centurion. Les voix qui crient dans le désert . Edition de 1994
  • Ernest Psichari - Le voyage du centurion. Les voix qui crient dans le désert . Edition de 1984

PSICHARI Ernest

Le voyage du centurion. Les voix qui crient dans le désert

L'Harmattan - Paris - 1994
ISBN: 9782738423771
(Les introuvables)
294 p. - 22 x 14 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 27,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X17432 livres neuf et d'occasion, état, reliure et éditions diverses, à partir de: 5 à 8 jours
9,55 €
Chez Priceminister
 

 Première édition en 1984 (Aujourd'hui - Les introuvables - EAN : 9782730702379).

 
Psichari se convertit au catholicisme après trois années de séjour en Mauritanie (1909 à 1911). C'est ensuite qu'il écrivit son roman le plus célèbre Le Voyage du Centurion, longue méditation mystique et poétique. C'est en fait un roman autobiographique qui raconte la conversion de Maxence élevé loin de l'Eglise et qui jeune officier, découvre au désert qu'il a une âme.
L'auteur rapporte dans ces deux récits autobiographiques, son métier de soldat, ses stages dans le Sahara et sa conversion au catholicisme.
La vie brève et intense d’Ernest Psichari (1883-1914) est le condensé des passions, des désillusions et de l’espérance de la jeunesse intellectuelle du début du XXe siècle. Petit-fils d’Ernest Renan, fils du fondateur de la Ligue des Droits de l’homme pendant l’affaire Dreyfus, il grandit dans le monde brillant qui enfanta l’intelligentsia de gauche. Son engagement dans l’armée et sa conversion au catholicisme dans les sables de Mauritanie feront de lui un écrivain mystique, un aventurier colonial et un héros de la grande guerre. Ami de Maritain et de Péguy, il s’apprête à rentrer au séminaire quand la guerre éclate. Lieutenant d’artillerie coloniale, il tombe au champ d’honneur le 22 août 1914 en Belgique.