Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
 RODET Marie - Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946)

Plus de vues

  •  RODET Marie - Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946)

RODET Marie

Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946)

Karthala - FWF - Paris - Vienne - 2009
ISBN: 9782811100940
(Hommes et sociétés)
338 p. - 24 x 16 cm

Disponibilité éditeur: Disponible chez l'éditeur.

Prix public éditeur: 26,00 €

L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X71112 livres neuf et d'occasion, brochés, état et prix divers. A partir de: 5 à 8 jours
9,10 €
Chez Priceminister
X41602 livres neuf et d'occasion, brochés, état et prix divers. A partir de: 5 à 8 jours
14,98 €
Chez Amazon

Centré sur la région de Kayes au Mali, l'ouvrage de Marie Rodet s'attache à analyser les formes de mobilité féminine au sein du pays et vers le Sénégal à l'époque coloniale (1900-1946). En élargissant le concept de migration, l'ouvrage met en évidence que les migrations féminines dans la région de Kayes ont été nombreuses, et ce dès les débuts de la colonisation. Ce livre montre en particulier que les femmes esclaves étaient majoritaires dans les mouvements migratoires que connaît la région au début du XXème siècle, qu'elles furent les premières migrantes dans la ville de Kayes. A partir d'une étude précise de sources coloniales a priori peu loquaces mais ingénieusement confrontées à des enquêtes de terrain, Marie Rodet resitue donc ici l'histoire des migrations de la région de Kayes à l'époque coloniale dans une dynamique de recherche genrée. Cet ouvrage constitue un outil essentiel pour repenser la question des migrations féminines en Afrique et déconstruire le discours androcentrique ambiant sur les migrations.

 Passionnante étude, fine et intelligente, qui nous rappelle l'importance de la population sous statut d'esclave de case ou de traite) dans les régions du Haut-Sénégal aux débuts de la période coloniale et également les itinéraires bien autonomes suivis par les femmes dans leurs mouvements migratoires bien souvent conçus comme des parcours de libération.

Marie Rodez a obtenu son doctorat d'études africaines à l'Université de Vienne en Autriche. Elle a été chercheuse post-doctorante au laboratoire SEDET à l'Université Paris-Denis Diderot. En 2008, elle a été élue enseignante-chercheuse Hertha Firnberg à l'Université de Vienne, où elle continue actuellement ses recherches sur la fin de l'esclavage, les migrations et les rapports de genre au Mali.