Navigation dans la catégorie :

Vous êtes actuellement sur :

<< Retour
PEYRE Joseph - L'escadron blanc suivi de Le Chef à l'étoile d'argent

Plus de vues

  • PEYRE Joseph - L'escadron blanc suivi de Le Chef à l'étoile d'argent

PEYRE Joseph

L'escadron blanc suivi de Le Chef à l'étoile d'argent

Prestige du Livre - Paris - 1977
316 p., 2 cartes - 22 x 14 cm

Disponibilité éditeur: Epuisé chez l'éditeur.


L'Offre de Soumbala

Référence Etat de l'exemplaire Disponibilité Soumbala Prix Commander
X58451 ouvrages d'occasion, skyvertex éditeur, à partir de: 5 à 8 jours
0,90 €
Chez Priceminister

 

 L'escadron blanc: Lancés à la poursuite de l'un des derniers rezzous, les lieutenants Marçay et Kermeur, à la tête de 80 méharistes, vont parcourir 1500 km d'ergs et de regs le long de la falaise du Hank, en 42 jours de marche, pour rattraper les fuyards au puits de Tadjenout. A l'arrivée ils ne sont plus que 50; la fièvre, la soif, l'épuisement ont eu raison de Kermeur et des autres. Le combat dure plusieurs heures, Marçay tue le chef Si Mahmoud et les Reguibats profitent d'un vent de sable pour s'enfuir en abandonnant leurs prises, en tout 20 chameaux.  La conclusion est désenchantée: "Le désert et la fatique pour rien…" dit un vieux saharien. Malgré cela" L'escadron blanc", le plus célèbre peut-être des romans sahariens, a suscité de nombreuses vocations. Pourtant Peyré n'est jamais allé au Sahara, il s'est seulement appuyé sur les récits de son frère médecin méhariste et celui-ci a dit: "j'affirme que mon apport a été purement documentaire" mais l'écrivain sait si bien rendre une atmosphère, décrit les gens et les lieux avec tant d'exactitude, qu'il fait passer la magie du désert et de la vie nomade.

 
Le chef à l'étoile d'argent:
Nous sommes en 1915. Si Labed, le chef de la Senoussiya, prêche la guerre sainte contre l'infidèle et invite toute les tribus du désert à se rallier à lui pour chasser Français et Italiens du Sahara et faire triompher l'Islam. Quittant son poste de Fort-Flatters le maréchal des logis Le Brazidec "Le chef à l'étoile d'argent" rejoint la colonne du capitaine Meynier qui, de Ouargla, part à la reconquête de Djanet. Après un très dur combat Djanet est reprise, les méharistes poursuivent les sénoussistes jusqu'à Ghat mais les Italiens leur interdisent d'attaquer le poste dont ils ont eux-mêmes été chassés. Après plus d'un mois de siège, coupés de leur base par les Touaregs qui les encerclent et menacés de famine, ils battent en retraite et regagnent Fort-Polignac où ils retranchent avec 3 mois de vivres. Assiégés par les sénoussistes, frappés par le scorbut, ils tiennent 5 mois jusqu'à l'arrivée de la colonne de secours  elle même affaiblie par de nombreuses attaques. Tous regagnent Fort Flatters. Le Brazidec y retrouve sa jeune femme Fatoum mais il la quitte ainsi que ses jeunes compagnons Driss et Salem pour rejoindre les tranchées en France.
Bien que cet ouvrage soit intitulé roman, Le Brazidec est un personnage rééel qui est resté légendaire chez les méharistes.
Joseph Peyré (1892-1968) est un écrivain français né en Béarn. Etudes de philo et doctorat de droit; après des débuts au barreau de Pau passage par le journalisme puis sur les conseils de Kessel et de Francis Carco se consacrera à l'écriture à partir des années 1920 avec trois thèmes de prédilection: le désert du Sahara, l'Epagne et la tauromachie et la haute montagne.


Il décrira excellemment un Sahara qu'il n'a jamais parcouru, le faisant par intuition personnelle, par une recherche fouillée d'informations et par les témoignages de voyageurs, en particulier de son frère, médecin méhariste, qui participa lui-même au raid relaté dans L'Escadron blanc. Pour son œuvre littéraire Joseph Peyré sera fait officier du Mérite Saharien
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Saint Louis Le blog Soumbala